Île-des-Sœurs
10:12 9 juin 2021 | mise à jour le: 11 juin 2021 à 13:04 temps de lecture: 4 minutes

Des histoires inusitées, une biographie à la fois

Des histoires inusitées, une biographie à la fois
Photo: Katrine DesautelsPatricia Dionne a lancé une entreprise qui offre la rédaction de biographie aux personnes qui le désirent.

L’Insulaire Patricia Dionne a lancé l’automne dernier l’entreprise Ma Biographie. Elle offre des services de rédaction de biographie qui s’adressent «aux gens ordinaires». Par ces histoires uniques et souvent trépidantes, l’entrepreneure estime qu’une partie du patrimoine québécois se lègue de génération en génération.

Mme Dionne et sa partenaire d’affaires, Suzanne McKenna, ont commencé à travailler sur leur projet en juin 2020. Les deux collègues se sont rencontrées il y a plusieurs années alors qu’elles travaillaient ensemble dans le domaine médiatique.

Elles sont devenues de bonnes amies. Un jour, Mme McKenna téléphone à Patricia et lui raconte qu’elle a commencé à rédiger la biographie de son beau-père. Un hasard qui a amusé Mme Dionne puisqu’il y a une vingtaine d’années auparavant, elle avait eu l’idée d’un projet de biographie des personnes qui ne sont pas des personnalités publiques.

«Ça m’est toujours resté en tête», évoque la femme d’affaires. Après discussion, les deux amies ont décidé de se lancer dans l’aventure. «Plus on en parlait autour de nous, plus les gens nous disaient que c’était une bonne idée», se souvient la résidente de L’Île-des-Sœurs.

Ma Biographie a rapidement connu un succès. Depuis les débuts de l’entreprise, plus d’une trentaine de biographies ont été produites.

Les services offerts sont clé en main. La personne dont on fait le portrait est assignée avec un journaliste pigiste. À la suite de plusieurs rencontres, le journaliste fait la rédaction de ce qui deviendra un livre d’une centaine de pages. Il sera imprimé «comme un vrai livre» sur du papier glacé en cinq copies. Il y a possibilité d’avoir davantage d’exemplaires et aussi de faire des biographies en anglais.

«Quand on commence à poser des questions, on crée d’autres liens et ça nous donne accès à des tas de choses. Pas juste des histoires, mais des conseils aussi.» Patricia Dionne

Les entretiens entre les interviewés et les journalistes ont dû se dérouler par vidéoconférence en raison de la crise sanitaire. «Des personnes âgées ont trouvé très difficile de ne pas pouvoir avoir d’interaction [humaine]», exprime la cofondatrice. Une dame a même fait promettre à une journaliste d’aller prendre un café ensemble une fois que cela serait possible. Elles seraient devenues copines, se réjouit Patricia Dionne.

Ce sont souvent les enfants des parents qui offrent la biographie en cadeau. La plupart des personnes dont l’histoire est racontée sont âgées de plus de 70 ans, mais il y en a aussi des plus jeunes qui sont dans la quarantaine. Par exemple, un monsieur atteint d’une maladie dégénérative a décidé de se prêter au jeu pour raconter son histoire, jugeant que c’était le moment ou jamais.

L’art oratoire

«La pandémie nous a beaucoup sensibilisés à l’importance des personnes âgées. Avec les drames dans les CHSLD, ça fait réaliser à beaucoup de monde la connaissance, la sagesse et tout ce que ces personnes peuvent nous apporter», estime Patricia Dionne. Elle ajoute que l’on perd certaines histoires présentement puisque la tradition orale n’existe plus.

Le Québec a été bouleversé par de gros changements historiques au cours des cinquante dernières années, comme par la Révolution tranquille ou la crise d’Octobre. «La dame qui vivait à Longueuil pendant la crise d’Octobre, comment a-t-elle a vécu l’hélicoptère qui tournait autour de sa maison pendant qu’elle était avec ses enfants?», soulève Mme Dionne.

Pour elle, toutes ces histoires contribuent au patrimoine québécois. L’Insulaire souligne qu’elle a des amis, qui grâce à leur aisance en rédaction, qui ont commencé à faire ce processus avec leur parent. Elle en est ravie et espère que d’autres auront un intérêt à écouter ce que les aînés ont à raconter.

À l’avenir, Patricia Dionne espère que son entreprise prendra son envol afin de pouvoir s’y consacrer à temps plein. Pour l’instant, elle continue à s’impliquer dans son entreprise, Signé Gourmand, qui produit des contenus et des événements en lien avec l’alimentation.

Articles similaires