Lachine & Dorval
11:35 10 décembre 2019 | mise à jour le: 10 décembre 2019 à 11:36 temps de lecture: 3 minutes

Le brigadier d’une communauté

Le brigadier d’une communauté
Photo: Gracieuseté – Arrondissement LachineAndré Langevin s’est attaché aux familles fréquentant l’école Catherine-Soumillard. Plusieurs lui ont remis des cadeaux pour souligner son départ à la «vraie» retraite.

C’est avec le cœur gros que le brigadier scolaire lachinois André Langevin veillait à la circulation pour une dernière fois à l’angle de la rue Victoria et de la 48e avenue, lundi, tout près de l’école Catherine-Soumillard. Il prend sa retraite après huit ans de service.

À 5h30, le cadran sonne et la routine s’entame dans l’appartement de la rue Rathwell. En compagnie de sa femme Alice, André Langevin déjeune et se prépare pour sa journée de travail, divisé en courtes périodes d’environ une heure le matin, midi et après-midi.

En pleine tempête de neige comme au gros soleil, l’homme de 73 ans accompagne les déplacements des élèves du quartier en toute sécurité.

«C’est une rue très achalandée, relate-t-il. J’aime les enfants, c’est comme une deuxième famille pour moi.»

Une parente d’une élève, attristée par le départ de M. Langevin, lui a remis une carte de remerciement. «Il est très gentil, il a beaucoup d’empathie», souligne-t-elle.

«On a des bons brigadiers, mais peut-être pas tous comme vous», lui dit un autre.

«Le travail de M. Langevin et celui de tous nos brigadiers est important pour notre communauté et pour l’amélioration de la sécurité des enfants piétons»

– Michèle Flannery, conseillère d’arrondissement à Lachine

Parcours

Il s’agit d’une deuxième retraite pour celui qui a grandi dans une famille de huit, à Lachine.

Au début des années 1960, M. Langevin a quitté les bancs d’école à 16 ans pour faire le saut dans le milieu de la mode. Jusqu’en 2007, il a été découpeur de vêtements, notamment pour l’entreprise Joseph Ribkoff pendant près de 25 ans.

Il a dû tirer sa révérence lorsque sa femme était en rémission d’un cancer du sein.

«Il fallait que je sois à la maison pour prendre soin d’elle, raconte M. Langevin. Elle a été deux-trois mois sans bouger.»

Retour

Se décrivant comme quelqu’un de très actif, M. Langevin a décidé de reprendre du service après quelques années. C’est une voisine de son fils qui lui a mentionné qu’il avait le profil pour devenir brigadier scolaire.

«Vous avez le sourire, vous aimez le monde», lui a-t-elle dit.

Il n’en fallait pas plus pour que le Lachinois fasse les démarches nécessaires pour être embauché. Après avoir couvert diverses intersections dans l’arrondissement, voilà quatre ans qu’il se côtoie les enfants de l’école Catherine-Soumillard.

Malgré des ennuis mineurs, dont de la haute pression, le Lachinois est en bonne santé et compte, cette fois pour de bon, profiter pleinement de sa retraite.

Articles similaires