Lachine & Dorval

La fin de l’Atypique Café

Atypique Café
L’Atypique Café, situé à l’angle de la rue Notre-Dame et de la 14e Avenue, ferme après seulement 5 mois d’activités. Photo: Messager Lachine & Dorval - Éric Martel

Grignoter tout en jouant à des jeux de société n’aura été une aventure que de cinq mois. L’Atypique Café de la rue Notre-Dame, à Lachine, ferme ses portes. Sa propriétaire, Livia Doret, est amère, convaincue que cet échec est dû au manque d’ouverture des Lachinois et de soutien de l’arrondissement.

L’endroit offrait des crêpes et des galettes à ses visiteurs. «Pour l’argent que ça coûte, ça ne remplit pas assez le ventre pour eux. Je voulais faire découvrir à Lachine d’autres choses que des soupes et des sandwichs, mais ça n’intéresse pas les gens», se plaint-elle

Pour 2$, il était possible d’y jouer à plus de 150 jeux de société, une offre qui a suscité peu d’engouement contrairement à ce qui se fait ailleurs, notamment à Verdun. «C’est dommage que les Lachinois ne soient pas plus ouverts aux choses différentes», constate l’ancienne enseignante au primaire.

Pertes

Mme Doret a perdu plus de 100 000$ dans l’aventure. Le local était auparavant un dépanneur, qu’elle a dû rénover en entier.

Même si elle avait fait des études de marché, l’ouverture d’autres cafés dans les environs lui aurait fait du tort. «Le timing était vraiment mauvais, concède-t-elle. Si c’était à refaire, je n’ouvrirais pas le café. C’était trop de don de soi pour trop peu de reconnaissance et de satisfaction.»

La femme de 35 ans a tenté d’obtenir des subventions de PME Montréal, sans succès. Elle blâme aussi la mairesse de Lachine, Maja Vodanovic, absente lors de l’ouverture, ce qui a nui à sa visibilité.

«Je suis très fâchée contre elle, insiste Mme Doret. Elle est bonne pour les sourires et les photos, mais elle n’a jamais mis les pieds dans mon café. Elle a beau gentrifier Notre-Dame, elle ne connaît pas les commerces.»

Mme Vodanovic souligne toutefois qu’elle aide les commerces de proximité, importants pour les Lachinois. «Nous ne pouvons malheureusement pas garantir la survie de tous les commerces, précise l’élue par courriel. Une partie de cette responsabilité repose sur l’offre et l’accueil du commerce lui-même.»

Le local de l’Atypique Café est à louer et l’équipement qui s’y trouve est à vendre.

Articles récents du même sujet