Lachine & Dorval
13:16 15 mai 2020 | mise à jour le: 15 mai 2020 à 13:16

Alternative locale pour des masques

Alternative locale pour des masques
Photo: GracieusetéSoslan Tsoutsiev est le président de Transformer Table, qu’il a fondé en 2016.

Le fabricant de tables dorvalois Transformer Table profite de l’augmentation de ses ventes en ligne pour se lancer dans la confection de masques. L’embauche d’une trentaine d’employés et un investissement de 14 M$ sera nécessaire à la création de la nouvelle division TT Masks.

La pandémie a permis à l’entreprise de l’avenue Orly, qui concentre ses ventes sur le web, de profiter d’une croissance importante. Cinq employés ont dû être ajoutés aux effectifs, qui passent à 21.«En février, on a doublé nos chiffres de janvier, et en mars, triplé ceux de février», révèle le président, Slosan Tsoutsiev.

Profitant de ses succès, il a été interpellé par l’appel du premier ministre Justin Trudeau, qui a demandé aux entrepreneurs d’aider à pallier le manque d’équipement médical. Au départ, M. Tsoutsiev a songé se lancer dans l’importation des masques.

«J’avais une entente avec un fournisseur pour faire venir 1 million de masques, qui a échoué à la dernière minute parce que quelqu’un a déposé une meilleure offre que la mienne», raconte-t-il avec frustration.

La seule manière d’éviter ce type de situation est de produire ses propres masques. «C’est ma réalisation: pourquoi dépendre d’autres pays pour quelque chose d’essentiel, qui est pourtant facilement fabricable?», questionne-t-il.

Nouvelle usine

Une nouvelle usine sera aménagée sur un terrain à déterminer à Dorval ou à Pointe-Claire. Plus de 2 M$ seront investis dans une technologie apte à produire des masques chirurgicaux et N95.

Une trentaine de personnes seront nécessaires dans cette nouvelle entreprise, qui recherche toujours des candidats avec de l’expérience en confection de matériel médical.«Trouver l’expertise nécessaire est toujours la chose la plus difficile, admet M. Tsoutsiev. Ce sera un processus très long et difficile.»

Même si TT Masks s’autofinancera à part entière, le président souhaite une collaboration du gouvernement. «Je veux qu’il me donne une prévision des besoins pour les cinq prochaines années. Je vais tout faire pour m’adapter parce que c’est pour les aider que l’on fait cela», justifie M. Tsoutsiev.

Lorsque la pandémie sera terminée, la demande de masques baissera. La nouvelle entreprise entend investir 10% de ses revenus en recherche et développement afin de demeurer compétitive à l’international et conserver un niveau d’activité élevé malgré tout.

Articles similaires