Lachine & Dorval
16:03 16 juin 2020 | mise à jour le: 16 juin 2020 à 16:03 temps de lecture: 3 minutes

Contrat d’envergure pour une entreprise locale

Contrat d’envergure pour une entreprise locale
Photo: Éric Martel/MétroLe bureau-chef de l’entreprise Joseph Ribkoff est situé sur le chemin de l’Aviation à Dorval.

Le fabricant de vêtements pour femmes dorvalois Joseph Ribkoff décroche un contrat d’envergure pour l’expédition de 1,2 million de blouses médicales réutilisables au gouvernement du Canada. Ce contrat lui permettra de survivre à la pandémie, qui a affecté ses revenus.

La valeur du contrat demeure inconnue en raison «de la volatilité des chaînes d’approvisionnement mondiales, y compris pour les matières premières», explique le relationniste d’Approvisionnement Canada, Charles Drouin. L’information sera divulguée lorsque la crise sera passée.

Joseph Ribkoff a été choisi parmi un large bassin d’entreprises notamment pour sa capacité à se réoutiller et à augmenter ses lignes de production pour combler la large demande de l’Agence de la santé publique du Canada, mais aussi parce que son approvisionnement sera entièrement confectionné localement.

La pandémie a durement frappé l’entreprise, qui a dû mettre à pied 80% de son effectif. Le contrat lui permettra de ramener graduellement la totalité de ses 350 employés de Montréal.

«C’est une période terrible pour nous. On a créé des collections saisonnières pour le printemps et l’été qui sont complètement perdues. Ce n’est pas facile», explique le vice-président des opérations, Steeve Côté.

«Comme tous les manufacturiers de mode, on était dans une situation très précaire pendant la pandémie.» – M. Côté

Elle est entrée en contact avec le gouvernement fédéral dès les premières semaines afin d’engranger des revenus, mais aussi pour soutenir son réseau de fabricants. Joseph Ribkoff fait affaire avec 70 usines de fabrication de tissus à Montréal.

Une première pour Joseph Ribkoff

L’entente a mis du temps à être conclue, car c’était la première fois que l’organisation se lançait dans la distribution d’équipement de protection individuel médical. «Il y a énormément de normes à respecter, convient M. Côté. On a dû demander une autorisation spéciale pour que nos employés sur le chômage puissent faire du travail volontaire pour nous aider à développer le produit.»

«On a sauvé notre peau à nous, notre réseau d’usine, tout en aidant le Canada. Le but c’était de faire une pierre, trois coups, et je pense qu’on a réussi à le faire.» – M. Côté

Le fabricant a donc identifié parmi ses partenaires lesquels produisaient les tissus les mieux adaptés à la production. «Contrairement à ce que l’on fait tous les jours, la qualité du tissu est très importante dans ce domaine, dans lequel il y a plusieurs normes à respecter», rappelle le vice-président des opérations.

La livraison de toutes les blouses médicales réutilisables devra être complétée d’ici le début du mois de novembre. Pour l’instant, il s’agit d’un contrat unique entre les deux parties.

«Mais je pense que le fédéral est intéressé à poursuivre le partenariat pour la suite. On verra bien ce qui se passera», confie M. Côté.

L’entente spécifie que le gouvernement canadien aura un premier droit de refus sur toute capacité de production supplémentaire de Joseph Ribkoff, ainsi qu’un coût qui lui est exclusivement offert.

Articles similaires