Lachine & Dorval
11:31 14 juillet 2020 | mise à jour le: 14 juillet 2020 à 13:21 temps de lecture: 3 minutes

Encourager l’achat local

Encourager l’achat local
Photo: Éric Martel/MétroLory Fleurs, à Dorval.

La campagne «J’achète local pour Dorval», qui vise à soutenir l’économie de la Cité, suscite déjà un fort engouement. En quelques jours, il s’est vendu pour 40 000$ de bons d’achat valables chez une quarantaine de commerçants, sur un total de 50 000$.

«En achetant un bon d’achat, le public soutient activement les commerces participants et leur permet d’augmenter leurs revenus», commente Béatrice Cuzzi, la directrice de Commerce Dorval, qui est derrière l’initiative.

Pour chaque bon vendu, un don de 20$ sera effectué par la caisse Desjardins de l’Ouest-de-l’Île à Partage-Action, qui regroupe plusieurs organismes communautaires, jusqu’à concurrence de 25 000$.

«Le choix de l’organisme a été sans équivoque, commente Mme Cuzzi. Ils ont une connaissance idéale du milieu communautaire de l’Ouest-de-l’Île.»

D’une valeur de 30$, les bons sont offerts au coût de 20$. La Cité de Dorval y injecte 25 000$ pour compenser la différence de 10$. «Il s’agit d’une initiative gagnante à tous les niveaux. Les citoyens se retrouvent avec plus d’argent dans leur poche, les commerçants obtiennent un soutien indéniable et les organismes locaux reçoivent une précieuse aide financière afin de soutenir la population dans le besoin», commente le maire Edgar Rouleau.

Période difficile

La pandémie a frappé les entreprises de Dorval de plein fouet, puisqu’une forte portion des commerces de la Cité offrent des services et ont donc dû fermer leurs portes pendant le confinement. Les restaurants ont aussi écopé de la crise, alors que le Restaurant Dorval et une franchise Subway ont été forcés de fermer leurs portes.

«D’autres établissements sont parvenus à tirer un peu leur épingle du jeu avec les livraisons, mais en général, ç’a été excessivement difficile à Dorval», commente Mme Cuzzi.

La campagne vise donc à redonner un élan à ces commerces les plus durement affectés, qui incluent également les détaillants, des centres de loisirs et de beauté.

Des campagnes du genre, propulsées par la plateforme de financement participatif La Ruche, ont aussi vu le jour ailleurs au Québec, mais il s’agissait d’une première dans l’Ouest-de-l’Île. «On voulait ramener quelque chose de positif pour les citoyens et les commerçants, et je pense qu’on réussit bien», estime Mme Cuzzi.

Les citoyens doivent choisir le commerce dans lequel ils magasineront en achetant un bon d’achat. Chaque consommateur doit se limiter à 30 bons.

Une initiative semblable verra le jour à Lachine au cours des prochaines semaines.

Articles similaires