Lachine & Dorval
13:02 18 août 2020 | mise à jour le: 18 août 2020 à 14:21 temps de lecture: 3 minutes

Irrités par le bruit d’une morgue extérieure

Irrités par le bruit d’une morgue extérieure
Photo: Éric Martel/MétroLe conteneur réfrigéré est situé derrière le salon funéraire JJ Cardinal du chemin Bord-du-Lac.

Des citoyens dérangés par le bruit d’un conteneur réfrigéré, disposé derrière le salon funéraire JJ Cardinal de Dorval, se sont plaints à la Cité. Conjointement avec l’administration de la Ville, l’établissement est à la recherche de solutions.

Le salon est situé sur le chemin Bord-du-Lac, à proximité des avenues résidentielles Dahlia et Lilas. Son voisin direct est un immeuble résidentiel. «En sortant sur notre balcon, c’est tout ce qu’on entend. C’est la même chose lorsqu’on laisse nos fenêtres ouvertes. Entendre un réfrigérateur de morts chez soi, c’est loin d’être paisible», commente un citoyen qui a préféré préserver son anonymat.

Le conteneur réfrigéré est sur place depuis la mi-mars. Il s’agit d’une installation temporaire utilisée à l’arrivée des défunts atteints de la COVID-19. Ils y sont placés entre deux et trois jours avant le processus d’inhumation ou de crémation, ou avant d’être installés dans un espace individuel hermétique.

«C’est normal que les voisins ne veuillent pas avoir la mort dans leur vie quotidienne, réagit le codirecteur des opérations de l’établissement, Jean-Charles Cardinal. Je suis peiné qu’ils aient à vivre cela.»

Conserver les défunts à l’intérieur mettrait en danger la sécurité du personnel et des clients du salon, soutient-il. «Je ne me réjouis pas de louer un tel équipement, mais je n’ai pas le choix. Si on avait une solution silencieuse, on la prendrait, mais ce n’est pas le cas», ajoute M.Cardinal.

Le conteneur sera retiré lorsque le «gouvernement assurera qu’il n’y aura plus de recrudescence», assure-t-il.

La Cité a été mise au courant de l’installation temporaire. «On travaille sur une solution. Je ne peux pas en dire plus», se limite de commenter le conseiller Michel Hébert.

Déplacer le conteneur sera impossible, prévient toutefois M. Cardinal. «Il faut qu’on supervise nos installations. Quelqu’un pourrait défoncer le réfrigérateur sinon, j’ai un devoir envers mes clients», justifie M. Cardinal.

JJ Cardinal en gestion de crise

Dès le début du confinement, JJ Cardinal s’est empressé de louer un réfrigérateur, se doutant que ce genre d’équipement deviendrait rapidement demandé. «Si on attendait une semaine de plus, on n’en avait pas. Même certains hôpitaux n’ont pas pu avoir les installations dont ils avaient besoin», remarque M. Cardinal.

Lors de la propagation dans des établissements de santé de la région, le salon pouvait recevoir 75 morts par mois. «C’était un volume extrêmement anormal pour nous», reconnaît M. Cardinal.

Le conteneur réfrigéré peut contenir jusqu’à dix corps. Il n’a pas été utilisé à sa pleine capacité depuis le début de la pandémie.

50

À Dorval, 50 décès liés à la COVID-19 ont été répertoriés depuis le début de la pandémie, selon les données en date du 11 août.

Articles similaires