Lachine & Dorval
15:32 22 septembre 2020 | mise à jour le: 22 septembre 2020 à 15:32 temps de lecture: 3 minutes

Pertes liées à la COVID-19 pour Dorval

Pertes liées à la COVID-19 pour Dorval
Photo: ArchivesL'hôtel de ville de Dorval.

En raison de la pandémie, Dorval projette des pertes de près de 5 M$ pour l’année. Aucune coupe n’est toutefois prévue dans le budget de 2021, actuellement en préparation.

«On espère que les pertes seront moindres, mais on doit regarder les choses en face, commente le maire Edgar Rouleau. Ce n’est pas une période facile.»

Cela s’explique par la fermeture de plusieurs entreprises, dont plusieurs situées dans l’aéroport Montréal-Trudeau, ou à proximité. Pendant le confinement, la Cité a été privée de revenus relatifs aux loisirs, comme les entrées aux activités culturelles, à l’aréna et à la piscine.

Des dépenses supplémentaires ont dû être effectuées en raison de la COVID-19, comme l’achat de matériel de protection personnel. «On pourra comprendre l’ampleur du déficit seulement quand la pandémie sera terminée, se désole M. Rouleau. Au moins, je peux vous dire que l’entrée de taxes se déroule bien présentement.»

Intact pour l’instant

Malgré la situation, les dépenses prévues pour 2021 ne sont pas minorées. Le budget de la Cité serait effectué en fonction d’un retour à la normale dès l’an prochain. Les finances quotidiennes seront ensuite adaptées en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

«En tant que planificateur, tu dois t’imaginer une situation normale, tu ne peux pas te dire que tu n’auras pas beaucoup de revenus pendant la moitié de l’année. On s’adaptera en fonction de l’avancement des choses», explique M.Rouleau.

Les dépenses dorvaloises pourraient toutefois être impactées lors des années subséquentes, lorsque les pertes auront été évaluées. Quoi qu’il en soit, il est loin de l’idée de l’administration actuelle d’augmenter le niveau de taxes.

«On veut épargner nos entreprises et particuliers, car on sait qu’ils ne roulent pas sur l’or. Je crois qu’on peut s’en sortir d’une manière qui ne fera mal à personne», rassure M. Rouleau.

La situation s’éclaircira lorsque Dorval saura le montant de la quote-part qui devra être versé à Montréal.

La Ville a demandé en juin la permission d’être temporairement déficitaire afin de pouvoir réinjecter de l’argent dans sa relance. La démarche était nécessaire, puisque les municipalités sont légalement obligées de présenter un budget équilibré.

Dans la foulée, l’administration Plante espère recevoir de l’aide financière des deux paliers gouvernementaux. «La quote-part que nous aurons à payer dépendra du financement que recevra la ville», résume M. Rouleau.

Les quotes-parts remises par la Cité ont oscillé entre 68 et 72M$ au cours des dernières années. Le surplus engendré au cours des dernières années pourrait être utilisé pour éponger les pertes de l’année et l’augmentation des quotes-parts.

Articles similaires