Lachine & Dorval

La Fondation Monique-Flitz-Back finance 50 projets scolaires

La Fondation Monique-Flitz-Back finance 50 projets scolaires
Deux élèves de l’école Saint-Jean-Baptiste présentant un projet du volet des changements climatiques. Photo: Gracieuseté

Une proposition de l’école primaire Dorval fait partie des cinquante projets qui toucheront une aide financière de la Fondation Monique-Fitz-Back. Celle-ci soutient des initiatives conçues par des élèves de partout au Québec et ayant un aspect environnemental.

L’établissement de la Commission scolaire Lester B. Pearson va recevoir la somme de 1000$ pour la construction d’une guitare à base de matières résiduelles. Les projets choisis doivent obligatoirement impliquer des jeunes et non seulement le personnel des écoles.

«Il faut vraiment que les jeunes puissent avoir l’occasion de développer leur leadership, leur conscience environnementale et qu’ils veuillent y participer», soutient le directeur général de la Fondation, Benoît Mercille.
Les initiatives peuvent se classer dans plusieurs volets dont les changements climatiques, la gestion des matières résiduelles, le développement des milieux de vie inclusifs et même l’enseignement à l’extérieur.

À titre d’exemple, lors de de la dernière édition, un groupe d’élèves de la région de Québec a ouvert une friperie pour les vêtements de bal des finissants. L’initiative permet de réutiliser les robes et les vestons des élèves des années précédentes et éviter ainsi le gaspillage.

Chaque établissement scolaire sélectionné par les membres d’un jury recevra un montant entre 250$ et 1000$. Un total d’environ 35 000$ sera octroyé à plus de 7 700 élèves et étudiants de niveau préscolaire à universitaire.

Année réussie

Malgré l’école à la maison, le programme reste populaire. «On est vraiment content des résultats cette année. Même si ça n’a pas été facile pour le réseau scolaire, on a reçu près de 70 requêtes de financement», témoigne le directeur général.

Comme en temps normal, les invitations sont envoyées aux établissements scolaires des quatre coins du Québec au début de l’année académique, et les résultats sont compilés par le jury en novembre.

Le panel de sélection choisit les projets selon une liste de critères, notamment le niveau d’implication des jeunes dans l’initiative, l’étendue potentielle d’exploitation, la qualité de la proposition, le fait de répondre à un problème et l’originalité.

«Constater qu’autant de jeunes et de membres du personnel scolaire demeurent actifs en cette année si particulière nous a fait chaud au cœur et confirme l’espoir que nous plaçons dans cette jeune génération», exprime M. Mercille.
Le programme en est à sa 8e édition et a financé entre 250 et 275 projets scolaires depuis sa conception.

La Fondation poursuit sa mission environnementale et sociale, et organise le Sommet jeunesse sur les changements climatiques en virtuel, le 17 avril. Des centaines d’élèves du secondaire se rassembleront pour écouter des conférences et échanger avec d’autres jeunes ayant une conscience environnementale.

Articles récents du même sujet