Soutenez

Règle antibruit à Lachine: le silence fait jaser

Photo: iStock

Le nouveau règlement sur le bruit adopté lors du conseil municipal du 6 juin a récemment pris effet à Lachine. Les citoyens en sont globalement satisfaits, mais certains déplorent un règlement trop strict.

La nouvelle réglementation interdit les «nuisances causées par les appareils émettant des sons sur les terrains publics, des places publiques, des trottoirs et des parcs et espaces verts».

De nombreux riverains se plaignent de musique trop forte et cacophonique dans les parcs. Le parc René-Lévesque et le parc LaSalle semblent être des lieux de prédilection pour ces fêtes.

Dans une publication sur Facebook, la mairesse de Lachine explique son choix d’imposer de nouvelles restrictions sur la musique en extérieur. «Le problème, c’est que ces fêtes causent une nuisance sonore à d’autres qui désirent profiter de nos parcs et espaces publics sans se faire imposer le choix musical d’un autre.»

Une mesure qui ne fait pas l’unanimité

Cependant, d’autres riverains trouvent la mesure trop sévère. En effet, le règlement ne s’applique pas seulement aux fêtards venus de l’extérieur de Lachine. Sur le groupe Facebook Info à Lachine, une internaute compare le règlement à une salle de classe où «l’enseignant punit tous les élèves d’une classe à tort, lorsqu’il y en a, en vérité, que quelques-uns qui font du grabuge».

Pendant que certains parlent d’un règlement nécessaire pour le «vivre-ensemble», d’autres évoquent un manque de «tolérance».

Pensé pour faire tenir les DJ et leurs puissants haut-parleurs loin de Lachine, le règlement a aussi un impact sur un club social local. Le Club des chasseurs et pêcheurs du lac Saint-Louis organise des activités en musique toute la semaine. Mais des résidents ont soumis une pétition pour se plaindre de la musique trop forte, ce à quoi l’arrondissement a du réagir. La mairesse de Lachine, Maja Vodanovic, explique qu’il faudra « mieux encadrer [leurs] activités ».

Les cours de danse se poursuivent, mais le club a décidé d’annuler la vente de hotdogs pour lever des fonds depuis la semaine passée. Mme Vodanovic précise que c’est une question de coordination et que les activités du club social peuvent continuer, à moindre volume.

En entrevue avec Métro, le président du club, François Legault, confie qu’il n’était pas au courant du nombre de décibels à respecter.

M. Legault dit être «en pourparlers avec la ville pour recommencer à mettre de la musique, mais à basse fréquence». Il rencontrera les élus de la ville la semaine prochaine afin de relancer les activités du club social.

La mesure antibruit n’est cependant pas irrévocable. Le nouveau règlement prévoit la possibilité d’accorder des dérogations pour des «événements autorisés par ordonnance du comité exécutif de la Ville de Montréal ou par résolution du conseil d’arrondissement».

Dans sa publication, la mairesse de Lachine se dit prête à faire des ajustements.

«Nous sommes convaincus qu’on va arriver à trouver le juste équilibre», souligne-t-elle.

Les contraventions pour de la musique trop forte dans les espaces publics s’élèvent à 100 $.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Lachine & Dorval.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.