Lachine & Dorval
12:00 18 avril 2014 | mise à jour le: 18 avril 2014 à 12:00 temps de lecture: 3 minutes

Des solutions pour Saint-Pierre

Drogue, salon de massage érotique, prostitution et proxénétisme, criminalité, ordures et circulation lourde: la conseillère d’arrondissement du district du Canal, Maja Vodanovic, n’hésite pas à faire cette énumération pour dresser un portrait du quartier Saint-Pierre.

«Ça va mal dans le quartier, mais je me bats pour mon district, affirme la conseillère lachinoise. Il faut que Saint-Pierre redevienne un quartier où il fait bon vivre et l’arrondissement travaille fort pour cela. On s’occupe de Saint-Pierre», ajoute- t-elle.

La réalité première sur le terrain, selon Mme Vodanovic, c’est la circulation lourde dans l’axe des rues Saint-Jacques et Saint-Pierre, causée surtout par le camionnage. Ce secteur est devenu problématique et il faut revoir entièrement la réglementation sur la circulation des camions, avance la conseillère.

«Les camionneurs utilisent les rues de Saint-Pierre comme des voies de contournement, un  »short cut », ce qui entraîne une série d’inconvénients, soutient Maja Vodanovic. Le quartier est en déclin, disons-le, rendu vulnérable en raison de la criminalité».

Transport et ordures

L’arrondissement de Lachine, en collaboration avec plusieurs organismes, dont le Comité de revitalisation urbaine intégré de Saint-Pierre (CRUISP), Concert’Action Lachine, le Comité d’action en sécurité de l’arrondissement de Lachine (CASUAL) et la Corporation de développement économique et communautaire (CDEC) Lachine-LaSalle, a créé un comité transport.

Ce comité a pour objectif de discuter de «sujets récurrents» touchant le quartier. On y aborde la problématique de la circulation, mais aussi celle des ordures, qui est très présente actuellement.

«Les camions et les poubelles sont deux problèmes dans Saint-Pierre, affirme encore la conseillère Vodanovic. Il faudrait vraiment revoir la tarification des amendes en matière d’ordures, les augmenter, et surtout appliquer le règlement municipal pour faire respecter les heures et les jours de collecte. Cette situation amène de l’insécurité. Les gens du secteur sont sensibles à la présence inhabituelle des vidanges. Ils se sentent agressés, ajoute Maja.

Trouver des solutions communes

Selon la coordonnatrice de Concert’Action Lachine, Phédia Gottot, «il faut travailler ensemble pour trouver des solutions communes. Deux problématiques nous préoccupent, l’enclavement du quartier, en raison des bretelles d’accès aux autoroutes, et le projet de reconstruction de l’échangeur Turcot. Le défi premier, c’est la sécurité».

Ajoutons à ces initiatives, l’existence d’un comité de citoyens et d’un comité de sécurité, et surtout l’implication de quelques citoyens concernés, dont Émile Lamontagne, Roger Péladeau et Mario Lavigne.

Il est certain que la police du Poste de quartier (PDQ) 8 est préoccupée par «les incivilités» rapportées dans le quartier Saint-Pierre. Aussi, le commandant Stéphane Bissonnette compte-t-il toujours sur la collaboration des citoyens pour aider à faire avancer les dossiers.