LaSalle
03:02 14 janvier 2020 | mise à jour le: 14 janvier 2020 à 10:13 temps de lecture: 4 minutes

Incident au monoxyde de carbone à l’école des Découvreurs: leçons apprises

Incident au monoxyde de carbone à l’école des Découvreurs: leçons apprises
Photo: Messager LaSalle - Carl SincennesMélanie Hubert est la présidente du Syndicat de l’enseignement de l’ouest de Montréal.

Deux intoxications au monoxyde de carbone (CO) ont été évitées durant la dernière année scolaire dans des établissements de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) depuis l’incident à l’école primaire des Découvreurs, à LaSalle, il y a un an jour pour jour, où 43 élèves et membres du personnel ont été incommodés.

Des leçons semblent avoir été tirées puisque les nouveaux détecteurs sont maintenant reliés à un système d’alarme à la CSMB, une directive du ministère de l’Éducation.

«L’histoire nous a montré que ça a été une bonne chose, nous dit la présidente du Syndicat de l’enseignement de l’ouest de Montréal (SEOM), Mélanie Hubert. Tous les membres du personnel et les élèves seront dorénavant protégés.»

De plus, la CSMB affirme que des détecteurs de monoxyde de carbone ont été installés dans les classes adjacentes aux salles mécaniques.

Peu de temps après l’incident des Découvreurs, le concierge d’une école primaire d’Outremont a entendu l’alarme en entrant le matin et a ainsi pu appeler les pompiers qui sont intervenus avant l’arrivée des élèves.

Puis, une fuite dans une école secondaire a été détectée provenant des cuisines et rapidement colmatée. Le dispositif de cuisson en cause a été changé.

«C’est dommage qu’on ait à vivre des incidents sans précédent comme celui de janvier dernier aux Découvreurs pour en arriver à la conclusion qu’il faut investir. C’est généralement quand on est en réaction qu’on bouge.»

— Mélanie Hubert, présidente de la SEOM

Toutefois, il n’y a pas encore de confirmation à savoir si la directive ministérielle concernant les détecteurs a été appliquée partout dans la province.

«L’exercice étant en cours de réalisation et les commissions scolaires ayant jusqu’au 21 janvier pour répondre, les données finales ne sont pas encore connues», précise le responsable des relations du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Bryan St-Louis.

Séquelles

Mme Hubert appelle les différents intervenants du milieu de l’éducation à travailler davantage de façon préventive, car «des gens en ont payé le prix avec leur santé».

Trois membres du personnel de l’école des Découvreurs sont toujours dans l’impossibilité de reprendre leurs postes en raison des séquelles causées par l’intoxication au CO. Une personne est affectée à des tâches administratives tandis que les deux autres sont toujours en repos forcé.

Selon la présidente du syndicat, il est difficile de savoir si elles pourront reprendre leur travail un jour.

Pour leur part, tous les élèves ont pu revenir en classe, mais une vingtaine d’entre eux ont dû consulter des spécialistes pour des symptômes persistants ou anxieux qui seraient reliés à l’évènement du 14 janvier 2019

Grief

Bien que la CSMB ne fait face à aucune accusation criminelle, un recours est toujours en traitement au tribunal du travail.

Un grief a été déposé par le SEOM en avril réclamant que les professeurs reçoivent un dédommagement en rapport à la fuite de gaz. Cette démarche vise aussi à obtenir des réponses par rapport aux causes exactes.

Les auditions préparatoires ont commencé en septembre, mais les prochaines représentations auront lieu le 14 février.

«Derrière nous»

D’après le président du Conseil d’établissement de l’école des Découvreurs, Éric Caron, «l’évènement demeure en mémoire». Même si certaines préoccupations persistent, «les gens tentent de passer à autre chose».

Toutefois, il attend toujours certaines conclusions et reste vigilant. En outre, il y a eu un changement de direction à l’école, il affirme donc «vouloir donner la chance au coureur».

Un an

Le 14 janvier 2019, une fuite de monoxyde de carbone a forcé l’évacuation des 260 élèves et la quarantaine de membres du personnel de l’école primaire des Découvreurs. Un taux de monoxyde de carbone 25 fois plus élevé que la norme avait été détecté dans l’établissement de la 39e Avenue, à LaSalle. Au total, 43 personnes, dont 35 enfants, ont été transportées à l’hôpital, souffrant de nausées, vomissements et étourdissements. Certains avaient même perdu connaissance. L’école avait été rouverte dès le surlendemain.

Articles similaires