14:58 13 janvier 2021 | mise à jour le: 14 juin 2021 à 13:52 Temps de lecture: 4 minutes

Les défis des thérapeutes du sport en pandémie

Les défis des thérapeutes du sport en pandémie
Photo: Gracieuseté – Samuel FilionLa thérapie du sport a souffert d’une baisse de clientèle importante.

Les thérapeutes du sport font face à de nouveaux défis sur le plan économique et à la récurrence de blessures en raison de la pandémie. En effet, ces derniers doivent adapter leurs méthodes en plus de répondre aux besoins d’une population plus sédentaire.

Le confinement a apporté une diminution considérable de clientèle pour les thérapeutes du sport, et donc une perte de revenu, expliquent deux thérapeutes agréés originaires de Lachine et diplômés de l’Université Concordia, Stephanie Russo et Samuel Filion.

La fermeture des salles d’entrainements, les restrictions quant aux sports d’équipes et de contacts, ainsi que les règles de confinement sont tous des facteurs responsables de ce phénomène. Similairement à d’autres professions requérant un contact avec le client, le télétravail, ou la «téléréadaptation» dans ce cas-ci a été l’une des premières solutions utilisées afin de contrer le ralentissement économique. Cette méthode permet au thérapeute d’évaluer la condition des clients à même leur quotidien. Il est donc possible de fournir des séances personnalisées aux besoins de ces derniers.

«Contrairement au système de santé publique qui est très mécanique, la thérapie du sport requiert une relation plus personnelle entre le client et son thérapeute», explique Mme Russo. Cependant, la téléréadaptation a ses limites. Procéder à des évaluations afin de déterminer la condition d’un patient à travers un écran d’ordinateur est une tâche difficile. Certains clients se disent satisfaits de ce service, et d’autres critiquent le manque de dynamisme, selon M. Filion.

Des douleurs nées du confinement

Alors que les blessures reliées au sport et à l’exercice physique sont actuellement moins proéminentes, les thérapeutes observent une augmentation des douleurs causées par la sédentarisation de la population depuis le début de la pandémie.

«Il y a clairement plus de personnes qui viennent nous voir pour des douleurs chroniques et conditions en lien avec la posture. Il y a évidement une corrélation avec un nouveau mode vie qui est plus sédentaire», explique M. Filion. Par exemple, les thérapeutes notent une importante croissance des maux au cou, aux épaules et aux dos. Ces blessures sont généralement liées au d’adopter une mauvaise position durant de longues périodes de temps», explique Mme Russo. À cette absence de mouvement s’ajoute les problèmes d’anxiété. En effet, les thérapeutes observent une augmentation des problèmes de tension cervicale, généralement causés par le stress.

Il y a aussi une augmentation des blessures reliées à la course à pied, notent M. Filion. Cette activité est en effet l’un des sports les plus accessibles que les citoyens peuvent pratiquer tout en respectant les règles de santé publique. Ce type de blessures est causé généralement par une mauvaise technique de course ou par des entrainements à trop grande intensité pour des gens qui ne sont possiblement pas des coureurs réguliers, continu M. Filion.

Garder la forme en 2021

Le travail des thérapeutes est également de prévenir les blessures. Dans cette optique, ces derniers offrent quelques recommandations afin d’aider la population à prendre soin d’eux durant cette période difficile sur les plans physiques et psychologiques.

Les deux thérapeutes suggèrent d’établir une routine pour les entrainements. Sur ce point, il est préférable de pratiquer une activité physique de quelques minutes tous les jours au lieu de faire une session à haute intensité une fois par semaine afin de diminuer le risque de blessures, précise M Filion. De plus, il est important de coupler la musculation avec les entrainements cardiovasculaires dans le but de renforcir les articulations. Finalement, les thérapeutes conseillent de trouver des activités hivernales qui permettent de bouger tout en s’amusant.

Stephanie Russo pratique la thérapie du sport à la clinique Action Sport Physio de Lachine et Samuel Filion à la clinique Stadium PhysioOsteo au State Olympique.

Articles similaires