LaSalle Actualités

Autiste, il apprend à socialiser avec les scouts

Autiste, il apprend à socialiser avec les scouts
Photo: TC Media / Isabelle BergeronScout michel

 

Atteint d’un trouble du spectre de l’autisme, Michel Bossé est aussi membre du 183e groupe scout des Rapides de LaSalle. Afin de financer l’organisation et d’en remercier les responsables du rôle qu’ils jouent dans la vie de son fils de 9 ans, Myriam Cyr parcourra les 42,2 km du marathon de Montréal le 24 septembre pour amasser des fonds. Son objectif: 1000 $.

«Pour Michel, être le gagnant aux Jeux olympiques ou le premier à terminer son bricolage, c’est la même chose», explique la mère du jeune garçon. Il comprend les consignes, mais il n’arrive pas à les catégoriser par ordre d’importance ou même par chronologie. Il sait qu’être le meilleur c’est bien, mais il ne comprend pas que parfois, ce n’est pas nécessaire précise Mme Cyr.

Il éprouve aussi des difficultés à percevoir le malaise ou l’inconfort des autres. Par exemple, s’il demande à un ami de jouer avec lui, Michel ne comprend pas que l’autre puisse refuser, surtout si cette éventualité n’avait pas été mentionnée. Dans sa tête, il a suivi les étapes et respecté les règles.

Malgré ces difficultés de comportement, les scouts de LaSalle ont accueilli l’enfant, après avoir évalué et déterminé l’approche à adopter. C’est l’enseignante de 4e année à l’école primaire Sainte-Geneviève à LaSalle, Elizabeth Paquette-Raymond, qui accompagne Michel dans la colonie des castors. «On a une règle d’or ici, on ne refuse aucun jeune», explique-t-elle.

Pour eux, il est un enfant aux besoins parfois plus spécifiques, mais les animateurs ont l’habitude de s’adapter selon la personnalité de chacun. Comme Mme Paquette-Raymond, plusieurs sont professeurs, ils disposent donc des outils et des connaissances nécessaires pour bien réagir.

Répit
Avant d’être chez les scouts, Mme Cyr avait tenté de développer les aptitudes de socialisation de son fils dans diverses activités comme la natation. Cependant, les parents avaient pris l’habitude d’être présents pour le superviser lorsqu’il était en contact avec des groupes afin de calmer les crises vécues par l’incompréhension de ses besoins.

Aujourd’hui, avec les scouts, elle peut laisser Michel en toute tranquillité pour se permettre un peu de répit.

«La première fois, j’étais inquiète de le laisser seul, mais maintenant je profite de ces deux heures pour prendre du temps de qualité avec mon plus jeune», raconte Mme Cyr.

Depuis que Michel fait partie des scouts, elle perçoit aussi une amélioration dans son développement social et dans la qualité de vie de la famille Bossé en général.

C’est donc pour remercier l’organisation de ce groupe jeunesse que Myriam Cyr sillonnera les rues de Montréal à la course. L’argent amassé contribuera à l’achat de nouveaux équipements de camping, de matériel pour les réunions, mais aussi pour diminuer les coûts d’inscription pour les familles dans le besoin.

L’an dernier, elle avait pris part à son premier demi-marathon, ce qui lui avait permis de récolter 800 $ pour la même cause.

Plus d’info ICI

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Leroux Loyola

    J’aimerais bien qu’un jour, en tant qu’ancien scout et animateur, que l’on fasse le bilan de toutes ces expériences d’adaptation des handicapés. J’en discute avec mes 8 petits enfants, tous dans le mouvement scout actuellement. Les scouts anglais sont disparus du Québec et ceux de l’Association ont vu leur nombre tomber… Le scoutisme possede-t-il l’expertise pour aider de tels enfants ?

    • Un jeune homme

      J’ai toujours eu de la difficulté à socialiser et à m’intégrer avec les autres, mais mon expérience scoute m’a vraiment beaucoup aider à développer tous les aspects essentiels qui font les bases de ma personne, que j’essaie d’améliorer de jour en jour. J’ai été diagnostiqué autiste Asperger 1 an après avoir quitté les scouts, je peux dire que les scouts ont fondamentalement changé ma vie.