Le Plateau-Mont-Royal

«J’ai cru vous voir»: Une pièce sur un amour qui n’a pas d’âge

Jean-François Casabonne et Pascale Bussières Photo: Dominic Gildener/Métro Média

La pièce de théâtre J’ai cru vous voir, mettant en vedette Pascale Bussières et Jean-François Casabonne, retrace la liaison épistolaire secrète entre le peintre québécois Paul-Émile Borduas et Rachel Laforest.

Leur correspondance amoureuse débute en 1954 et se termine en 1960, lorsque l’artiste décède abruptement. Les 98 lettres sont restées secrètes jusqu’à ce que le professeur d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Gilles Lapointe, en crée un recueil intitulé Aller jusqu’au bout des mots en 2018.

Lors d’un événement caritatif, M. Lapointe a approché Mme Bussières et M. Casabonne pour leur proposer de faire une lecture publique de la correspondance. Il les voyait bien incarner les deux rôles. Les deux acteurs ont donc accepté.

Peu de temps après s’est tenue une première lecture au Musée des beaux-arts à Montréal. Par la suite, des représentations aux musées de Québec et de Sherbrooke se sont enchaînées.

Les deux interprètes ressentaient quelque chose de spécial lors de chaque lecture. À partir de là, l’idée d’en faire une pièce est née. Ils ont donc décidé de contacter la directrice générale et artistique d’Espace Go, Ginette Noiseux, pour la lui proposer. Cette dernière a accepté. Ensuite, la metteuse en scène et dramaturge Alexia Bürger s’est jointe à l’équipe.

Adaptation et conception

«Alexia Bürger est la metteuse en scène, mais aussi la dramaturge parce qu’il fallait trouver une dramaturgie. C’est de la correspondance donc ce n’est pas construit comme une pièce de théâtre à la base», explique Mme Bussières.

Des ruptures ont été apportées au ton de la correspondance.

«La nature de cet amour-là est questionnée. C’est devenu un spectacle plutôt performatif où les époques se confondent entre nous, l’époque des années 50, du refus global et de cette correspondance-là. Donc on se promène pas mal entre les deux», ajoute-t-elle.

Le guitariste Joseph Marchand accompagne Mme Bussières et M. Casabonne sur scène. Il intervient dans le spectacle en plus de jouer son instrument. Il présente les deux acteurs en plus d’entrer dans la pièce à certains moments.

Caroline Cloutier s’est occupée de la conception du décor, qui est d’ailleurs très sobre et distinct à la fois. Sur la scène se trouve ce qui semble représenter des feuilles blanches superposées les unes sur les autres. Les acteurs joueront sur celles-ci.

«Le tableau de ces lettres devient vivant et naît devant nous. Finalement, c’est comme cet amour qui n’a pas d’âge et qui est dans l’intemporalité. Il y a phénomène de pulsations qui s’agrandit plus la pièce avance», partage M. Casabonne

«C’est très actuel cet amour-là. Ça parle encore aux gens aujourd’hui.»
-Jean-François Casabonne

«Il y a une volonté d’être dans le geste automatisme dans le jeu et dans la façon de dire et de faire. C’est comme si ça nous échappait. Ce n’est jamais psychologique», mentionne Mme Bussières.

Acteurs en temps de pandémie

Au départ, le spectacle devait être présenté en avril 2020, mais a été reporté à cause de la pandémie. Toute l’équipe a dû prendre une pause, mais s’est finalement retrouvée en janvier pour participer à un laboratoire, avec l’autorisation du gouvernement, afin de continuer de travailler sur la pièce.

En se réunissant à plusieurs reprises pendant environ quatre semaines, les acteurs disent avoir profité de ce temps rare et inespéré pour essayer différentes choses et peaufiner la présentation.

Environ deux mois avant la première représentation, les répétitions ont pu reprendre.

«Il y a des affaires qui n’auraient pas eu lieu si on avait présenté plus tôt», souligne M. Casabonne.

Pendant la période d’arrêt, Pascale Bussières a eu la chance de pouvoir poursuivre ses tournages, tout en suivant des mesures sanitaires très strictes, sauf pendant les mois de mars et avril. L’actrice a tourné dans la série Sortez-moi de moi, disponible sur Crave à l’heure actuelle.

Quant à lui, Jean-François Casabonne, a aussi eu le privilège de continuer d’exercer son métier. Il a pris part à quelques captations en plus de faire du théâtre à l’extérieur de CHSLD pour les résidents.


J’ai cru vous voir

À l’Espace Go du 2 au 20 juin. Du 9 au 16 juin, le public pourra rencontrer les artistes après les représentations.

Il est possible de réserver des places pour certaines des dates par téléphone au 514 845-4890 ou encore en se rendant sur le site d’Espace Go.

Articles récents du même sujet