Actualités

Le jardin des Nations: un projet «inclusif» innovant

Le jardin des Nations: un projet «inclusif» innovant
Photo: TC Media/ Sarah Laou

Favoriser l’intégration sociale des nouveaux arrivants ou des personnes handicapées avec des activités de jardinage, c’est le pari audacieux lancé par le président du jardin communautaire BP Tétreaultville, André Pedneault.

Initié en 2015, Le jardin des Nations est un projet citoyen qui devrait voir le jour en 2017 au cœur même du jardin communautaire de la rue Aubry, dans Mercier-Est.

Ce jardin «social» pourrait d’ailleurs bien faire figure de pionnier à Montréal, voire même dans la province.

Le concept est simple: donner le goût des échanges socioculturels aux personnes isolées par l’entremise de la «culture» de plantes.

Pour se faire, un espace de 10 000 pieds carrés, actuellement inexploité, sera aménagé et 100 bacs surélevés supplémentaires seront installés. Des travaux pour faciliter l’accès aux fauteuils roulants sont également prévus.

«C’est une immersion totale en français et les nouveaux arrivants vont pouvoir apprendre de notre nation québécoise en jardinant. Mon objectif est de maximiser l’intégration», déclare André Pedneault.

Il envisage notamment de mettre en place des bacs «de démonstration» permettant aux nouveaux arrivants d’exposer des légumes ou fruits de leurs pays et de montrer comment les cultiver.

«Je me sers du jardinage pour passer mon message, précise-t-il. Je veux faire travailler les groupes ensemble dans un même jardin. Les histoires de ghettos, je n’en veux pas. Il faudra que les gens se mélangent et apprennent les uns des autres.»

Un projet qui fait l’unanimité

Rencontrée à plusieurs reprises depuis le mois de janvier, l’équipe du bureau de Maka Kotto, député provincial de Bourget, se dit «impatiente d’assister à la concrétisation du projet».

«Tous ceux qui ont été mis au courant ont été emballés. Quand le dossier sera finalisé, nous serons prêts à le supporter de la meilleure façon», assure Serge Geoffrion, attaché politique de Maka Kotto.

Même son de cloche du côté de l’arrondissement. Richard Celzi, conseiller de la Ville dans le district Tétreaultville de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, salut «un projet très innovateur et rassembleur», tandis que Laurence Lavigne Lalonde, conseillère de la Ville dans Maisonneuve–Longue-Pointe se réjouit de cette «initiative extraordinaire qui permettra aux nouvelles familles de s’intégrer plus facilement».

En effet, selon les données démographiques diffusées par la Table de concertation de Mercier-Est en 2013, 16% de la population du quartier était issue de l’immigration et 17% était âgée de plus de 65 ans.