Mercier & Anjou

Un timbre commémoratif pour les 40 ans de l’Atelier d’Histoire MHM

Un timbre commémoratif pour les 40 ans de l’Atelier d’Histoire MHM
Photo: (Photo: Flambeau de l'Est - Delphine Bergeron)

Pour souligner ses quatre décennies, l’Atelier d’Histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (AHMHM) a créé un timbre, illustré par Aude Goyer-Lamontagne, une jeune du quartier qui a remporté le concours de dessin organisé pour l’occasion.

Rencontrée lors de la cérémonie de dévoilement du timbre dans les locaux de l’AHMHM, Aude Goyer-Lamontagne ne s’attendait pas à un événement aussi «officiel que ça». Elle était accompagnée par sa famille, composée de sa mère, son père artiste et sa jeune sœur Océane, véritable boute-en-train qui a parlé à tous les intervenants sur place, s’infiltrant dans les photos et les entrevues. Il en va sans dire, à côté de celle-ci, Aude paraît sage comme une image.

« Je suis contente, après tous les efforts que j’ai mis sur mon dessin. Je ne pensais vraiment pas que j’allais gagner tellement qu’il y avait de participants.»

— Aude Goyer-Lamontagne, 10 ans

Gagnante du concours de dessin organisé par l’AHMHM, en collaboration avec son école, la jeune de dix ans a illustré le marché Maisonneuve. Elle explique de façon posée les techniques picturales utilisées pour l’accomplissement de son œuvre, comme l’estompage et des effets de lumières. «J’ai commencé par faire les plans en bas, parce que c’est ce que je voyais le mieux, explique Aude. Après j’ai fait le milieu, les escaliers puis le toit en dernier.»

La qualité de l’observation faite par Aude ainsi que les multiples détails, les différentes textures du bâtiment, ont fait ressortir l’illustration du lot. Opérée par élimination sur plus d’une centaine de dessins, la sélection de l’œuvre gagnante prenait aussi en compte des éléments plus pratiques comme le cadrage respectant le format du timbre.

L’AHMHM est satisfait de l’expérience et songe à la répéter afin d’illustrer les deux autres quartiers qu’il représente, soit Hochelaga et Mercier. En collaboration avec Poste Canada, l’organisme va maintenant utiliser le timbre à l’effigie du marché Maisonneuve pour leur courrier, et envisage aussi d’exploiter la possibilité d’en faire un outil de levée de fond.

Propager la passion
C’est le comité pédagogique de l’AHMHM, incarné par mesdames Diane Savard et JosetteSosa , deux enseignantes à la retraite, qui a piloté le concours de dessin. Orchestré en deux temps, le projet comportait d’abord une visite guidée du quartier. Au-delà de «l’Histoire avec un grand H», Mme Sosa aime s’attarder aussi aux «petites histoires», qui reflète le quotidien d’antan. «Les enfants ne réalisaient pas qu’il n’y avait pas de lave-vaisselle à l’époque, pas de douche», explique-t-elle.

Diane Savard soutient que cela a permis de «leur faire voir le quartier autrement», pour donner un sens aux objets qui les entourent et créer un sentiment de fierté et d’appartenance. De plus, Mme Savard explique que «si on sait d’où on vient, on est capable de se projeter, de comprendre».

Les amateurs de philatélie et d’histoire sont invités à se procurer les timbres à l’AHMHM, afin d’encourager l’appropriation du patrimoine par la jeunesse de l’arrondissement.