Mercier & Anjou
10:26 16 décembre 2019 | mise à jour le: 16 décembre 2019 à 16:30 temps de lecture: 3 minutes

La Place Versailles expose toujours des daims pour Noël

La Place Versailles expose toujours des daims pour Noël
Depuis le 9 novembre et jusqu’au 24 décembre, les clients de la Place Versailles peuvent nourrir et admirer les «rennes du Père-Noël» durant les heures d’ouverture. Photo : Naomie Gelper

La Place Versailles est le seul centre commercial dans la grande région de Montréal a encore exposer des animaux pour le temps des fêtes. Alors que la SPCA de Montréal condamne cette pratique, le fournisseur de daims se défend.

Depuis 22 ans, la Place Versailles fait affaires avec la compagnie Promotions Michel Dumontet qui se spécialise dans l’organisation d’activités récréatives dans les écoles et les centres commerciaux.

Les clients de la Place Versailles peuvent nourrir et admirer les sept daims, dont certains sont encore bébés, dans un enclos. Ils habitent dans le centre commercial durant plus de six semaines, du 9 novembre au 24 décembre, 24 h sur 24.

Michel Dumontet, le propriétaire de la compagnie Promotions Michel Dumontet, détient un permis de l’Agence canadienne d’inspections des aliments et ses animaux font régulièrement l’objet d’un suivi du Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, assure-t-il.

Des bêtes habituées

M. Dumontet estime que les gens mécontents de voir des animaux dans un centre d’achat sont une minorité. «Dans leurs têtes, c’est inhumain, mais elles ne sont pas maganées ces bêtes-là, affirme-t-il. On en a eu des plaintes, mais elles sont toutes non fondées. Les rennes ne manquent pas d’eau, ils vivent dans un enclos propre et ils sont bien alimentés avec de la luzerne de bonne qualité.»

Michel Dumontet ajoute que les animaux sont habitués à ce genre d’expositions puisqu’ils font cela à l’année longue. «Les rennes sont nés dans des enclos, raconte-t-il. Lorsqu’ils ne sont pas dans un centre commercial durant le temps des fêtes, ils sont des attractions dans des cabanes à sucre ou dans des vergers.»

D’autres alternatives

La SPCA de Montréal s’oppose au fait d’élever ou de maintenir en captivité des animaux sauvages ou exotiques, indique la conseillère principale en communication de la SPCA de Montréal, Anita Kapuscinska. La seule exception concerne les centres de réhabilitation de la faune et les sanctuaires pour animaux dont l’objectif est de les réhabiliter pour ensuite les réinsérer dans leurs habitats naturels, continue-t-elle.

Madame Kapuscinska suggère donc aux personnes de visiter ce genre d’endroit pour admirer des bêtes sauvages. «Les enfants pourront découvrir des animaux exotiques dans leur habitat naturel sans risque pour la faune. On sait très bien que les centres d’achats sont très achalandés durant la période des Fêtes, ce qui occasionne du stress inutile aux animaux», pense-t-elle.

Pour Michel Dumontet, il est plus simple pour les familles de se déplacer dans un centre commercial comme la Place Versailles pour voir des daims. «Ce sont de si belles bêtes, il y a plein d’enfants qui viennent voir ça», déclare-il. Si certains centres d’achat ont décidé d’arrêter d’exposer des animaux pour Noël ou Pâques, c’est une question de budget, ajoute-t-il.

L’administration de la Place Versailles n’a pas voulu émettre de commentaire.

Articles similaires