Mercier & Anjou
15:47 6 février 2020

Verdissement dans MHM : rattraper le retard un arbre à la fois

Verdissement dans MHM : rattraper le retard un arbre à la fois
Photo : Mélanie Dusseault

Plantation d’arbres, déminéralisation de surfaces bétonnées, végétalisation de saillies et aménagement de sept nouvelles ruelles vertes : la dernière année a été fleurissante, selon un bilan dressé par l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Le maire d’arrondissement Pierre Lessard-Blais a profité du dépôt du rapport annuel de l’Éco-quartier MHM pour faire le point sur l’année 2019 et annoncer ses projets pour 2020.

Selon M. Lessard-Blais, l’arrondissement doit «rattraper le retard» et augmenter le nombre d’espaces verts dans son territoire. «On est un des pires arrondissements en termes d’impact sur la santé avec les îlots de chaleur. Puis les enjeux de beauté et de propreté dans le quartier méritent toujours d’être améliorés», affirme-t-il.

Réalisations vertes

Parmi toutes les actions réalisées, M. Lessard-Blais est particulièrement fier du verdissement de toutes les fosses d’arbres et des saillies de trottoirs. C’est, selon lui, un élément qui a un impact sur le quotidien des citoyens. «Quand tu croises trois belles saillies verdies en allant prendre l’autobus, ça ajoute un peu de beauté dans ta journée», dit-il.

Le maire souhaite maintenant mieux équilibrer la répartition des ruelles vertes dans l’arrondissement. «Il y a beaucoup de demandes de ruelles vertes dans Hochelaga, j’aimerais ça qu’il y en ait autant dans Mercier-Ouest et Mercier-Est et qu’on en fasse davantage», indique-t-il.

Les demandes de ruelles vertes pour 2020 sont déjà terminées, mais les citoyens peuvent toujours soumettre une requête à l’écoquartier pour l’année 2021. «Les gens ont encore le temps de rencontrer leurs voisins et en parler, mais ça prend une certaine mobilisation citoyenne», ajoute M. Lessard-Blais.

Selon le coordonnateur de l’Éco-quartier Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Mathieu Langlois, le bilan reflète directement les intentions de l’arrondissement d’investir plus de ressources dans le verdissement. «Les mesures mises en place par l’arrondissement pour augmenter le verdissement ont été ressenties directement dans l’ampleur des 7 projets de ruelles vertes réalisés en 2019, explique-t-il. La surface de déminéralisation prévue en début d’année était de 180 m2, mais a pu être augmentée à plus de 350 m2. De plus, 2730 végétaux ont été plantés dans ces projets, soit 1200 de plus que prévu initialement.»

Des «contradictions»

Membre du collectif en environnement de Mercier-Est, Collette Boulanger est d’accord que l’arrondissement a un retard important au niveau de l’indice de canopée.

Elle remarque que des efforts sont faits, mais souligne une contradiction entre le désir de développer économiquement l’arrondissement et celui de protéger les espaces verts. «Le maire ne parle pas des arbres qui sont abattus parce que des promoteurs veulent construire des projets immobiliers… Malheureusement dans notre arrondissement, on donne facilement l’autorisation de couper des arbres.» Elle donne en exemple les deux boisés qui seront rasés dans le cadre du projet immobilier sur secteur PPU Assomption-Nord.

Mme Boulanger ajoute que les fosses pour la plantation des arbres devraient être plus grandes, ce qui leur assurerait une meilleure longévité. «On peut dire qu’on a planté 125 arbres, mais combien il y en a de vivants après?», s’interroge Collette Boulanger. Elle ajoute qu’en terme de capacité d’absorption de la pollution de l’air, un arbre plus gros et plus vieux est beaucoup plus efficace qu’un arbre qui vient d’être planté.

Photo : Naomie Gelper

Quatre fois plus d’argent pour 2020

Dans le but de continuer cette croissance verte, l’arrondissement prévoit un investissement de près de 1 M$ dédié au verdissement et à la protection des espaces verts. À cette somme s’ajoute 1 M$ octroyé aux initiatives de verdissement via de Programme triennal d’immobilisation (PTI), portant ainsi à 2 M$ l’enveloppe globale.

C’est quatre fois plus que les années précédentes, précise Pierre Lessard-Blais. «L’investissement va nous permettre de mettre en place plein de petites mesures qui auront un impact important sur le quotidien des gens», explique-t-il. On prévoit notamment d’engager une ressource à l’interne spécialisée en verdissement.

Le Plan d’action verdissement 2020 élaboré sera rendu public ce printemps.