Mercier & Anjou
16:13 27 février 2020 | mise à jour le: 27 février 2020 à 16:13 temps de lecture: 3 minutes

La qualité de l’air et le bruit au cœur d’une étude dans Guybourg-Longue-Pointe

La qualité de l’air et le bruit au cœur d’une étude dans Guybourg-Longue-Pointe
Photo: Naomie GelperLe chercheur Romain Dumoulin qui travaille sur l’étude présentait les résultats préliminaires le 26 février lors de la réunion du Comité de revitalisation locale de la RUI Guybourg/Longue-Pointe.

Pour une étude sur les solutions atténuantes du bruit et de la poussière, des chercheurs font appel à la participation des citoyens dans Guybourg-Longue-Pointe.

Des résultats préliminaires de l’étude ont été présentés à la rencontre du Comité de revitalisation locale de la revitalisation urbaine intégrée RUI Guybourg/Longue-Pointe du 26 février. Quelques mesures ont été réalisées, mais la majorité des relevés se feront au courant du printemps et se poursuivront en été, indique un des chercheurs qui travaillent sur l’étude Romain Dumoulin.

Depuis novembre, des capteurs ont été placés sur la rue du Quesne dans le secteur Guybourg, ainsi qu’aux coins des rue Haig et Notre-Dame et Haig et La Fontaine dans le secteur Longue-Pointe. Avec ces échantillons, M. Dumoulin remarque que les normes de l’Organisation mondiale de la santé pour la qualité de l’air et celles du Ministère du Transport pour le bruit ne sont pas toujours respectées.

L’acousticien note également une particularité du quartier concernant l’évolution du bruit lors d’une journée typique. «Le bruit commence tôt et ça continue toute la journée. Pour avoir vu des mesures un peu partout dans Montréal, c’est un « pattern » qu’on voit moins. Normalement, il y a plutôt un pic en matinée et un autre en soirée quand les gens rentrent chez eux», explique-t-il.

Pour la suite des choses, les chercheurs font appel à la participation de résidents de Guybourg-Longue-Pointe. «On cherche des citoyens qui nous donneraient accès à leur balcon ou leur jardin pour le mois d’avril [pour y installer un capteur]», précise Romain Dumoulin.

Pour évaluer les nuisances causées par le bruit et les poussières, les résidents sont également invités à remplir un questionnaire disponible en ligne au moqs.hostedincanadasurveys.ca

Secteurs uniques

Enclavés notamment par la rue Notre-Dame, un secteur industriel et le port de Montréal, les deux secteurs résidentiels de Guybourg et Longue-Pointe sont aux prises avec des problèmes de bruit et de poussière importants, a identifié une étude sur le bruit et la santé de la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP), en 2017.

Un sondage distribué auprès des résidents de ces secteurs et une consultation citoyenne réalisée dans le cadre des activités de la démarche de la RUI Guybourg-Longue-Pointe en 2018 ont abouti aux mêmes résultats.

L’étude en cours a pour but d’analyser les solutions possibles aux nuisances vécues par les citoyens de ces secteurs. Les résultats seront utilisés pour faire des représentations auprès des décideurs pertinents et favoriser la réalisation des solutions identifiées.

«Ces données-là vont être très éducatives, affirme le chercheur de l’Université McGill Romain Dumoulin. Le but est vraiment de sensibiliser tout le monde, les citoyens, les décideurs, les élus avec des données concrètes sur la qualité de l’air et sur le bruit.»

 

 

Articles similaires