Mercier & Anjou
16:39 6 mars 2020 | mise à jour le: 12 mars 2020 à 09:59

Tremblement de terre dans l’Est : phénomène inusité ou fréquent ?

Tremblement de terre dans l’Est : phénomène inusité ou fréquent ?
Photo: Archives

Un séisme comme celui de ce matin est ressenti, en moyenne, une fois tous les cinq ans à Montréal.

Dans les 25 dernière années, Séisme Canada a enregistré environ 900 tremblements de terre d’une magnitude supérieure à 3 à l’Est du Canada. Cela dit, cinq d’entre eux avaient un épicentre sous le sol de Montréal.

Selon l’analyste Sismique de Séisme Canada Nicholas Ackerley, il n’est donc pas rare qu’un tremblement de terre secoue l’île de Montréal. «Cinq en 25 ans, c’est assez haut, indique-t-il, surtout pour une métropole avec peu de kilomètres carrés.»

Les séismes historiques et l’activité sismique enregistrée par le réseau sismologique canadien depuis le début du siècle dans la Zone de l’Ouest du Québec.

Zone sismique de l’ouest du Québec

Parmi les zones sismiques de l’est du Canada, la région de Montréal se situe dans celle à l’ouest de Québec. Celle-ci constitue un vaste territoire comprenant la vallée de l’Outaouais depuis Montréal jusqu’au Témiscamingue, ainsi que les régions des Laurentides et de l’est de l’Ontario.

M. Ackerley indique que, comparativement à d’autres régions à l’est du Canada, la zone de l’ouest de Québec a un taux élevé de séismes. «Toutefois, en comparaison à des zones très actives, au bas des plaques tectoniques, elle a un niveau bas de sismicité», précise-t-il.

Cette zone a connu au moins trois séismes importants dans le passé, dont un à Montréal en 1732. Estimé à 5,8 sur l’échelle de Richter, le tremblement de terre a causé des dommages importants.

Tous les cinq jours en moyenne, un séisme se produit dans la zone de l’ouest du Québec, estime Séisme Canada.

Causes

Il est difficile d’expliquer précisément les causes des séismes dans l’est du Canada étant donné que cette partie du pays se trouve dans une zone stable, à l’intérieur de la plaque de l’Amérique du Nord.

L’activité sismique dans cette région semble être liée à des champs de contraintes régionaux, telle que la proximité du fleuve Saint-Laurent, qui est une zone de sismicité très élevée, explique l’analyste de Séisme Canada. «La vérité, c’est qu’on ne sait pas quel facteur est le plus important, ni s’il y en a d’autres», ajoute Nicholas Ackerley.

À 3h22 cette nuit, un tremblement de terre d’une magnitude de 3,3 sur l’échelle de Richter a été ressenti au centre-ville de Montréal et à l’est de la métropole.

Il s’agissait du septième tremblement de terre à avoir été constaté au Québec depuis le début de l’année, mais du premier à être signalé en région urbaine.

Articles similaires