Mercier & Anjou
15:03 5 août 2020 | mise à jour le: 7 août 2020 à 11:54 temps de lecture: 3 minutes

Tétreaultville: Face à la crise, des commerçants ferment boutique

Tétreaultville: Face à la crise, des commerçants ferment boutique
Photo: Naomie Gelper/MétroLe magasin Aubaines Labelle situé sur la rue Hochelaga dans Tétreaultville a annoncé une vente de fermeture.

La pandémie aura eu raison de quelques commerçants à Tétreaultville. Pour l’heure, le Fleuriste le Carrousel ne rouvrira pas et le magasin Aubaines Labelle a annoncé sa fermeture pour la fin du mois d’août.

Pour la directrice générale de l’Association des commerçants de Tétreaultville, Viviane Caron, des fermetures étaient à prévoir.

«La Covid a de gros impact sur les commerces de proximité et les coûts fixes ont dû être assumé par les entrepreneurs, explique-t-elle. Ça avait un gros impact financier pour plusieurs pendant la crise, surtout au moment où plusieurs d’entre eux ont dû complètement fermer, dû à leur secteur d’activité.»

Le propriétaire du Fleuriste le Carrousel, Dominique Lévesque, estime que garder son commerce situé sur la rue Sherbrooke ouvert était un non-sens. «Il n’y a plus de business du tout dans le secteur de l’animation dû au fait que les gens ne se réunissent pas ou très peu, se désole-t-il. Et en plus, il y a eu plein de décès dû à la covid, mais pas de funérailles donc on n’avait aucune fleur à vendre.»

M. Lévesque ajoute que de plus en plus de personnes préfèrent acheter sur internet ou à l’épicerie. «Le monde vont chez Costco pour acheter la douzaine de roses pas chère au lieu d’encourager les producteurs du Québec, dit-il. Ça fait longtemps que le problème existe.»

De son côté, le propriétaire d’Aubaines Labelle n’a pas souhaité accorder d’entrevue au Flambeau. «Ça va mal», a-t-il simplement lâché au téléphone.

Une vente de fermeture est présentement en cours tout le mois d’août pour liquider le plus d’articles.

Soutien

Viviane Caron estime que l’Association des commerçants de Tétreaultville n’a pas chômé durant la crise.

La directrice générale et son équipe ont soutenu les membres par l’envoi fréquent des nouvelles concernant les aides financières offertes. «Mais on a toujours su qu’on n’arriverait malheureusement pas à “sauver” tout le monde», ajoute-t-elle.

Cependant, elle pense avoir empêché quelques fermetures grâce au soutien de l’Association et à la campagne de sociofinancement effectuée en mai.

Situation préoccupante

Selon les données du «Tableau de suivi de la santé des PME» publié par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), en moyenne une PME canadienne sur sept risque de fermer pour de bon après la crise.

Même si, en date du 5 août, 72% des PME québécoises étaient complètement ouvertes, seulement 34% de celles-ci ont pu retrouver un niveau normal de revenus.

Articles similaires