Mercier & Anjou
11:58 29 janvier 2021 | mise à jour le: 29 janvier 2021 à 16:55 temps de lecture: 4 minutes

Des inquiétudes pour la santé oculaire

Des inquiétudes pour la santé oculaire
Photo: PixabayUne plus grande fatigue visuelle est constatée au sein de la population, en lien avec une surutilisation des écrans.

Alors que la pandémie incite de plus en plus de personnes à se tourner vers les écrans, et pour des durées prolongées, des experts s’inquiètent des méfaits que la situation peut entraîner sur la santé oculaire de la population.

«On a beaucoup plus de consultation en optométrie, de gens qui se plaignent de fatigue visuelle ou de problèmes avec leurs yeux, notamment en raison d’un usage beaucoup plus marqué des écrans», constate le Dr Langis Michaud, directeur de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal.

Il remarque que nombre de ces consultations sont dues à des inquiétudes par rapport aux effets nocifs sur la vision.

«Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’écran en soi n’est pas l’enjeu: c’est la façon qu’on l’utilise. Souvent, lorsque les gens surutilisent l’écran, ça met en évidence un défaut du système visuel qui était là de façon antérieure, mais qui n’était pas symptomatique dans un usage courant», explique-t-il.

Pour illustrer ces dires, il compare la situation à celle d’un coureur qui, du jour au lendemain, augmenterait considérablement sa distance de course sans entraînements préalables, ce qui, évidemment, pourrait occasionner des blessures.

«C’est la même chose au niveau de nos yeux. C’est un équilibre fragile. La coordination des deux yeux pour lire est une mécanique complexe qui peut se débalancer facilement», vulgarise le Dr Michaud.

Une analogie qu’utilise également le Dr Éric Poulin, président de l’Ordre des optométristes du Québec. Il rappelle que les problèmes liés à la surutilisation des écrans étaient déjà connus, bien que la situation liée au confinement ait pu les exacerber.

Symptômes et solutions pour la santé oculaire

Les symptômes de cette surutilisation des écrans peuvent notamment inclure des migraines et maux de tête, la perte de concentration, une sensibilité à la lumière, une vision floue ou la sécheresse des yeux, notamment.

«Quand on parle de santé, il faut faire attention. Ce n’est pas quelque chose qui endommage les yeux comme tels. Ce sont beaucoup plus des symptômes de fatigue liés à la surutilisation», rassure toutefois le Dr Poulin.

Il indique toutefois que la situation est différente chez les enfants, chez lesquelles les écrans peuvent être un facteur de risque pour la myopie. «Pour les adultes, ça démontre qu’il y avait déjà des problèmes sous-jacents», ajoute-t-il.

«Quand on met un peu de pression, parce qu’on est longtemps sur les ordinateurs, les yeux vont décrocher plus vite, vont moins bien fonctionner ensemble et ça va développer les symptômes qu’on voit.» – Le Dr Langis Michaud, directeur de l’École d’optométrie de l’UdeM.

Parmi les solutions, les deux docteurs proposent de faire attention à l’ergonomie du poste de travail sur lequel se situe l’écran en question, ainsi que s’assurer d’avoir une luminosité ambiante suffisante dans la pièce. Des pauses fréquentes, toutes les 30 minutes, peuvent également aider.

«Dès qu’on est sur un écran, nos yeux clignent moins que normalement et deviennent secs beaucoup plus facilement. Quand ils le deviennent, on a une moins bonne vision», fait remarquer également le Dr Michaud.

Les deux docteurs suggèrent toutefois de faire appel à un optométriste pour être en mesure de bien identifier les causes, qui peuvent différer d’un individu à l’autre.

«Il n’y a pas de solution unique. Il faut voir quels sont les problèmes», conclut le Dr Poulin.


Les lunettes anti-lumière bleue, efficace ?

De plus en plus d’endroits proposent des lunettes ayant pour vocation de bloquer la lumière bleue des écrans. Celles-ci peuvent effectivement avoir un effet bénéfique, au cas par cas…

«Les filtres bleus peuvent aider au confort et aider au cycle du sommeil en fin de journée. Oui, ça peut être une partie de la réponse, mais ce n’est pas une panacée. Ça ne règle pas tout s’il y a d’autres problèmes sous-jacents», résume le Dr Éric Poulin.

Un avis que partage le Dr Langis Michaud.

«Certains vont jurer par ça et ne peuvent s’en passer, d’autres ne voient pas de différence, remarque-t-il. Je pense que c’est un peu dangereux de sauter à une réponse qui semble être magique sans être passé par le processus d’analyse pour trouver ce qui cause la fatigue visuelle.»

Articles similaires