Mercier & Anjou
18:42 7 avril 2021 | mise à jour le: 8 avril 2021 à 06:16 temps de lecture: 4 minutes

Prolongement de la ligne bleue: Anjou sort sa proposition

Prolongement de la ligne bleue: Anjou sort sa proposition
Photo: Archives/Métro MédiaAnjou présente son projet de prolongement de la ligne bleue du métro

L’arrondissement d’Anjou dit vouloir faire économiser 450 M$ au gouvernement du Québec à travers sa proposition de prolongement de la ligne bleue du métro.

Luis Miranda, maire d’Anjou, l’a fait savoir lors d’une assemblée citoyenne virtuelle tenue le 31 mars. «Avec notre proposition, on ne touche pas à Best Buy et on peut faire facilement économiser 450 millions. C’est un projet de 4,5 milliards», a indiqué  M. Miranda.

Pour lui, le projet de prolongement de la ligne bleue du métro, tel que proposé par la Société de Transport de Montréal (STM) ne répondrait pas aux besoins des Angevins. Les deux tiers de ceux-ci sont du côté est de l’autoroute 25 et non du côté ouest, mentionne le maire qui juge également la proposition de la STM onéreuse.

Il souligne que celle-ci aurait mobilisé 450 M$ pour les expropriations avec sa proposition d’avoir un édicule près du centre commercial des Galeries d’Anjou et un autre à côté du boulevard des Galeries d’Anjou.

«Ce projet oblige à faire des expropriations majeures. On parlait même d’exproprier, de prendre possession du RONA et du Best Buy», relève-t-il. Il enchaîne que la STM prévoit même construire un garage d’entretien mécanique sous le site des Galeries d’Anjou. Cela coûterait encore très cher, d’après l’élu.

Un édicule près de l’hôtel de ville

En décembre dernier, M. Miranda s’était expliqué à Métro en indiquant que, au lieu de tout exproprier aux Galeries d’Anjou, il serait mieux de faire des installations souterraines du côté est, en dessous de l’hôtel de ville angevin et en dessous du parc Goncourt. «Il n’y aurait pas d’expropriations. Il y a plusieurs centaines de millions à économiser là», avait-il déclaré.

Lors de l’assemblée citoyenne, le maire a réaffirmé que pour desservir les Angevins et les citoyens des autres arrondissements, il souhaitait qu’il y ait un édicule de la station de métro Anjou au voisinage du centre commercial des Galeries d’Anjou et un autre du côté de l’hôtel de Ville. «Ça peut être du côté nord ou du côté sud, on est très ouvert sur ça», a-t-il admis durant la séance virtuelle, à laquelle s’étaient inscrites plus de 200 personnes.

Anjou soutenu dans sa proposition

Contactée, Lise Thériault, députée provinciale d’Anjou–Louis-Riel, a exprimé sa satisfaction de voir les élus locaux écouter les citoyens. Elle apprécie que le projet de prolongement de la ligne bleue continue d’évoluer.

«Pour le moment, c’est une proposition et les citoyens d’Anjou ont le droit de réclamer des changements parce que ce sont eux qui vont vivre avec les inconvénients du trafic», a déclaré Mme Thériault.

Quant à Trajectoire Québec, un organisme de promotion des droits des citoyens en matière de transport collectif dans la province, il estime que les Angevins ont bien raison et que ça fait 40 ans qu’ils attendent le prolongement de la ligne bleue.

«La proposition de l’arrondissement d’Anjou devrait être évaluée par l’ARTM et la STM. Les services de transport collectif doivent être développés en continu», suggère Sarah V. Doyon, directrice générale de Trajectoire Québec, dans un courriel.

«Nous comptons sur l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) et la Société de transport de Montréal (STM), en tant que planificateurs du transport collectif sur l’île, pour qu’elles s’assurent de desservir les citoyens et les citoyennes d’Anjou de façon optimale en s’assurant que le prolongement de la ligne bleue les avantage aussi», avance Mme Doyon.

Elle considère que le projet tel que planifié, avec la station terminale aux Galeries d’Anjou, doit se faire dès maintenant.

Trajectoire estime que la proposition de l’arrondissement d’Anjou doit être examinée, mais mentionne aussi qu’il «est important de compléter les cinq stations telles que planifiées par l’ARTM, pour ensuite enclencher rapidement une nouvelle phase de développement vers Anjou.»

Articles similaires