Mercier & Anjou
11:50 8 juin 2021 | mise à jour le: 10 juin 2021 à 16:51 temps de lecture: 3 minutes

1500 personnes à la distribution de plants dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

1500 personnes à la distribution de plants dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve
Photo: Frédéric Hountondji/Métro MédiaPlusieurs citoyens ont reçu gratuitement des plants dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Selon les organisateurs, plus de 1500 personnes et 140 groupes étaient présents à la distribution annuelle de plants, végétaux, de compost et de paillis tenue dans l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Les citoyens s’étaient inscrits en ligne pour venir récupérer les plants à l’aréna Saint-Donat dans Mercier-Ouest, au parc Clément-Jetté dans Mercier-Est et au chalet du parc Lalancette dans Hochelaga-Maisonneuve.

Ils avaient le choix entre trois plateaux: le combo papillon formé de plantes, lesquelles donnent des fleurs attirant les papillons, celui clair-obscur convenant à la mi-ombre et l’ensemble du maraîcher où l’on retrouvait des plants de tomates, du basilic, de la ciboulette, etc. Après s’être fait servir, les résidents s’en allaient prendre du paillis ou du compost.

«On leur donne aussi des conseils: ne pas trop rapprocher les plants car ils vont prendre de l’expansion. On suggère parfois de pincer la plante, c’est-à-dire d’enlever le bout. Comme ça, la plante va être plus développée avec ses branches latérales», a déclaré à Métro, Sier-Ching Chantha, agente de recherche en verdissement à la Ville de Montréal.

À la question du journal à savoir combien coûterait un plateau de plants au marché, elle a répondu: «au moins 20 dollars».

Les citoyens contents de la distribution de plants

Les citoyens ont salué la tenue de cette opération qui leur a permis de recevoir gratuitement plusieurs plants.

«J’ai une petite terrasse et avec ces plantes, je vais agrémenter mon chez moi», s’est réjoui André Bergeron. «C’est une très belle initiative du quartier et de divers arrondissements de Montréal», a apprécié Jonathan. Amélie pensait aussi de même :«Je suis heureuse, c’est une bonne initiative de la Ville. J’ai su ça sur Facebook et je reviendrai l’année prochaine.»

«C’est génial qu’on puisse avoir accès à des végétaux et des fleurs», a apprécié Samuel. Zined a estimé pour sa part qu’il y avait eu plus de choix, plus de variétés avant la Covid. «Mais maintenant aussi c’est correct, c’est beau», a-t-elle reconnu. Sharon elle était venue chercher un combo papillon: «Je vais le mettre dans mon jardin. Les enfants vont admirer les fleurs et regarder la pollinisation avec les abeilles.»

L’inscription en ligne aurait beaucoup facilité l’opération, tant du côté de l’arrondissement que de celui des citoyens.

«Depuis la Covid, on fait des réservations de plages horaires. Avant, les gens faisaient la file pendant toute la journée et n’étaient pas sûrs d’avoir des végétaux. Au moins avec les plages horaires, les gens sont sûrs d’avoir des végétaux et ça crée un roulement», a mentionné Rosalie Neault , chargée de projet en mobilisation citoyenne pour Y’a quelqu’un l’aut’bord du mur.

Les groupes composés, entre autres, de HLM, d’organismes communautaires, de comités de jardins communautaires et de comités de ruelles vertes ont bénéficié eux aussi de l’opération.

Articles similaires