Mercier & Anjou

Cinéma Paradis: rencontre entre Ensemble Montréal et Vincent Guzzo

Le cinéma Paradis est le premier cinéma qui a été acheté par Angelo Guzzo. Photo: Jason Paré/Métro Média

La leader de l’opposition officielle au conseil municipal et candidate à la mairie de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (MHM), Karine Boivin-Roy, s’est récemment entretenue avec Vincent Guzzo à propos du cinéma Paradis à l’abandon depuis 2009.

La rencontre s’est tenue le 9 septembre devant le cinéma Paradis en présence du chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, et du candidat au poste de conseiller pour le district de Tétreaultville, Julien Hénault-Ratelle.

«Nous, on parle à tout le monde», affirme d’entrée de jeu Mme Boivin-Roy, interrogée par Métro.

La candidate ajoute que plusieurs dossiers n’ont pas été réglés par Projet Montréal dans l’arrondissement MHM au cours des quatre dernières années, faisant référence à Ray-Mont Logistiques, mais également au Faubourg Contrecœur. Le cinéma Paradis ne fait pas exception, selon elle.

Une « véritable cicatrice »

Lorsqu’on demande à Mme Boivin-Roy pourquoi elle ferait mieux dans le dossier du cinéma Paradis que l’administration actuelle, elle répond que non seulement la question n’a pas été réglée par Projet Montréal, mais elle les accuse d’avoir empiré la situation.

Ce matin, on avait une première discussion avec le propriétaire du terrain, ça s’est très bien déroulé et on s’est entendu qu’on en aurait d’autres.

Karine Boivin-Roy, candidate à la mairie de MHM

Même son de cloche du côté Julien Hénault-Ratelle, rappelant que pour les gens de Tétreaultville, la question du cinéma Paradis est un enjeu majeur.

«Ça traîne depuis maintenant trop longtemps. C’est une véritable cicatrice à l’entrée du quartier», constate le candidat de Tétreaultville.

Selon lui, il n’y a pas d’évolution dans le dossier, ajoutant que la relation entre le propriétaire et Projet Montréal «n’est clairement pas la plus optimale».

Souhaitant y construire un immeuble à logement à cinq étages, la limite étant de trois dans le secteur, M. Guzzo avait dit en août dernier, préférer attendre l’élection d’une administration plus intéressée par son projet.

Pas son rôle

La conseillère du district de Tétreaultville pour Projet Montréal, Suzie Miron, avait affirmé cet été que l’arrondissement n’est pas complètement fermé à cette idée d’immeuble à logements, mais que le projet doit être déposé en bonne et due forme.

Pour ce qui est de la rencontre en tant que telle entre Ensemble Montréal et M. Guzzo, Mme Miron ne croit pas que ce soit le rôle des élus de rencontrer les promoteurs, mais plutôt celui des services administratifs de l’arrondissement.

Elle rappelle aussi que Mme Boivin-Roy est élue dans l’arrondissement depuis huit ans.

«S’il y avait eu des choses à régler, ils auraient pu le faire bien avant que je sois moi-même élue en 2017.»

Au sujet d’une dérogation afin de construire un immeuble à logements de cinq étages, Mme Boivin-Roy admet qu’il est encore trop tôt pour aborder la question.

Articles récents du même sujet