Mercier & Anjou

Des logements pour les femmes immigrantes dans Mercier-Est

L’équipe du Collectif des femmes immigrantes du Québec dans les années 1990. Photo: Gracieuseté/Collectif des femmes immigrantes du Québec

Un projet d’une vingtaine de logements communautaires verra le jour en 2023 au coin des rues Notre-Dame et Duchesneau, dans Mercier-Est.

Baptisés le projet soleil d’Aoura, ces logements communautaires sont développés par le groupe de ressources techniques (GRT) Atelier habitation Montréal et l’organisme Collectif des femmes immigrantes du Québec (CFIQ). Ils seront construits sur le site d’un ancien garage de réparation d’automobiles dans Mercier-Est.

Cet organisme sans but lucratif (OSBL) d’habitation proposera un total de 23 unités – allant de la chambre aux logements 5 ½ – destinées essentiellement à des femmes défavorisées issues de l’immigration, seules ou monoparentales.

Jointe par Métro, la directrice générale du CIFQ, Aoura Bizzarri, explique que c’est une première pour l’organisme fondé en 1983 et dont la mission est d’aider les femmes immigrantes à s’intégrer au marché du travail et à la société québécoise.

«Le logement, c’est nouveau pour nous, mais ça répond à nos objectifs d’aider et intégrer les femmes immigrantes», précise Aoura Bizzarri.

La cofondatrice et directrice du CFIQ, Aoura Bizzarri, et la syndicaliste et féministe québécoise Madeleine Parent. Photo: CFIQ

Bien que ces dernières soient privilégiées, le Collectif souhaite laisser la porte ouverte aux Québécoises et aux femmes autochtones afin de permettre une certaine mixité sociale et favoriser ainsi l’intégration des femmes immigrantes.

On veut créer un milieu de vie intéressant pour que les femmes puissent se soutenir l’une et l’autre.

Aoura Bizzarri, directrice générale du CIFQ

Une cuisine collective sera aménagée dans le sous-sol du futur bâtiment et des ateliers seront offerts afin, par exemple, d’apprendre à faire un budget ou encore de se familiariser avec des notions juridiques ou liées à la santé.

Lorsqu’on interroge Aoura Bizzarri sur le nom donné au projet, qui contient son prénom, la cofondatrice et directrice du CIFQ explique que l’idée a été lancée par une membre de l’équipe et s’inspire du titre d’un court métrage documentaire produit par le Centre d’histoire de Montréal en 2020.

Selon les informations disponibles sur le site d’Atelier habitation Montréal, le projet a été conçu par Architecture CASA, une firme entre autres à l’origine du centre d’accueil pour sans-abri La Maison Benoît Labre dans Saint-Henri, le foyer d’hébergement pour femmes autochtones Bain Hushion dans la Petite-Bourgogne et la résidence pour personnes âgées Habitat 1460 dans Villeray.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Mercier & Anjou.

Articles récents du même sujet