Mercier & Anjou
12:32 8 mai 2015 | mise à jour le: 8 mai 2015 à 14:07 Temps de lecture: 3 minutes

L’Anonyme est arrivée dans Mercier

L’Anonyme est arrivée dans Mercier
Photo: Collaboration spéciale - L'Anonyme

L’unité de prévention mobile l’Anonyme est maintenant présente à Mercier depuis le 6 mai. Le projet pilote mené jusqu’en septembre, permettra des interventions en matière de prévention du VIH et d’éducation à la sexualité.

Couleurs vives et lettres «graffitis» sur l’autobus attirent l’attention sur ce drôle de véhicule.

C’est la garde avancée de la prévention montréalaise auprès des jeunes et des populations à risque.

Distribution de matériels de prévention, éducation à la sexualité, éducation amoureuse, orientation vers les intervenants sociaux, sont au menu de la sexologue et de la travailleuse sociale, qui embarquent toutes les deux dans l’autobus chaque soir, pour sillonner les quartiers de la métropole.

Dans Mercier, tous les mercredis soirs

Trois points d’arrêt ont été définis pour Mercier : à 15 h aux abords du Parc Jean-Amyot, à 16 h 15 aux abords du Parc Thomas-Chapais et à 21 h aux abords du Parc Louis-Riel. Ils pourront être ajustés en fonction des besoins.

«On a entendu parlé de besoins dans Mercier, correspondant à ce que l’on offre, notamment pour les jeunes», justifie Julien Montreuil, directeur adjoint de l’Anonyme.

L’après-midi, les intervenantes reçoivent surtout la visite de jeunes, parfois dès 14 ans. En revanche, la nuit est plutôt propice à la visite de populations marginalisées, en situation d’itinérance. «On peut rejoindre des gens plus vulnérables et établir un lien de confiance pour véhiculer un message», assure M. Montreuil.

Engagé dans le tissu socio-économique

«On se voit comme un apport positif au plan socio-économique», lance le directeur adjoint de l’Anonyme.

C’est pourquoi, l’organisme travaille avec le réseau communautaire et de la santé, mais aussi avec des partenaires «moins naturels», comme la police ou la Chambre de commerce de l’est de Montréal, dont l’organisme est membre.

«On est sur les mêmes territoires, on explique ce qu’on fait pour démystifier», explique Julien Montreuil.

D’ailleurs en 2012, l’Anonyme a remporté le prix ESTim de l’OBNL de l’année, à la Chambre de commerce de l’est de Montréal.

L’organisme est ainsi également reconnu par le milieu d’affaires

En septembre, un bilan de la présence de l’unité mobile dans Mercier sera établi. Le nombre de contacts et les sujets abordés rentreront en ligne de compte, ainsi que les besoins de la communauté au regard de la mission de l’organisme.

Sur le territoire montréalais, l’Anonyme couvre une vingtaine de quartiers, de Lachine à Pointe-aux Trembles. Une douzaine d’intervenants établissent 12 000 contacts chaque année, le soir et la nuit.

(Photo : gracieuseté – l’Anonyme)

Articles similaires