Mercier & Anjou

Une évaluation gériatrique maintenant offerte près de chez vous

Une évaluation gériatrique maintenant offerte près de chez vous
Photo: Amélie Gamache / Métro MédiaSelon Caroline Deschamps, la population devrait être mieux informée sur comment agir avec les personnes âgées. Elle espère que son service contribuera à briser l’isolement et à faire parler davantage du vieillissement.

Un service d’évaluation gériatrique ambulatoire, une première dans l’est de l’île, est désormais disponible à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. L’initiative a pour mission d’offrir, sans hospitalisation, des services spécialisés aux personnes âgées présentant des signes de troubles neuro-cognitifs, légers ou avancés.

Sur référence d’un médecin de famille, ou d’un autre intervenant du domaine de la santé, les professionnels du Centre multiservice gériatrique (CMG) dresseront un bilan de santé du patient et établiront un plan d’intervention en fonction de ses besoins.

En plus de soutenir les médecins de première ligne dans l’évaluation et le suivi de leur clientèle âgée, le nouveau programme permet d’éviter des visites aux urgences, selon Caroline Deschamps, chef de service ambulatoire du CMG.

« Nous offrons le service aux clients stables, qui ne nécessitent pas de soin d’urgence, explique-t-elle. Ici, on prend le temps de bien analyser avant que la catastrophe ne s’installe et qu’il faille bouger à tout prix. C’est très sain de faire ça pendant qu’il est temps. »

Surtout que le vieillissement de la population mettra encore davantage de pression sur le système. Selon Mme Deschamps, l’année 2025 sera le pic du vieillissement au Québec. Se préparer à recevoir toute cette clientèle vulnérable à domicile est alors essentiel.

Une équipe complète
Après une première évaluation par un gériatre et une infirmière, plusieurs autres professionnels peuvent être appelés à intervenir. Neuropsychologue, travailleur social, physiothérapeute, ergothérapeute, nutritionniste et orthophoniste sont tous disponibles sur place, et les consultations peuvent même à l’occasion êtes faites immédiatement après l’évaluation médicale.

L’évaluation et le suivi par le CMG peut durer plusieurs mois, après lesquels ils transmettront leur évaluation au médecin de famille concerné.

« Les gens ressortent ici avec un poids de moins pour les épaules, ça saute aux yeux. Ça soulage beaucoup les aidants, ils sentent qu’ils ne sont pas tout seuls », affirme Lorraine Lemieux, la préposée qui accueille les patients et s’occupe d’eux « afin qu’ils se sentent bien et soient à l’aise lors de la rencontre. »

La famille Blain en pleine consultation avec la travailleuse sociale du CMG, Martine Blackburn.

Une famille satisfaite
Rencontré sur place, Robert Blain, 90 ans, consultait pour la première fois la travailleuse sociale, en compagnie de sa femme Huguette Rivard et de leur fille Caroline. Les deux femmes s’inquiétaient des pertes de mémoire plus fréquentes du « sage de la famille ».

« J’ai eu un accrochage assez important à la tête, lance le sympathique nonagénaire. On a déménagé, ça a été très difficile pour moi de quitter la maison de Pointe-aux-Trembles qu’on avait construite nous-même, on était là depuis plus de 50 ans », continue-t-il, lançant des hypothèses pour expliquer ses oublis plus réguliers.

Si sa situation ne le préoccupait pas outre-mesure, il a accepté de consulter pour rassurer sa famille.

« Oui, ça nous rassure, et on est très bien traités, juge Caroline Blain. C’est bien de voir médecin, infirmière, travailleur social qu’on soit ici et qu’on fasse ça d’un coup plutôt que de ressortir à chaque rendez-vous.  C’est plus facile! »

Depuis la mise en service du programme, en décembre dernier, plus de 300 clients ont été évalués.

Quand consulter?
Si vous remarquez que vous ou un de vos proches vit les symptômes suivants, demandez à votre médecin de vous référer à l’équipe du Service d’évaluation gériatrique :

  • Chutes plus fréquentes
  • Difficulté à avaler
  • Hésitation pour trouver le bon mot, substitution de mots, phrases incomplètes
  • Pertes de mémoire plus fréquentes
  • Difficulté à apprendre et à retenir de l’information nouvelle.
  • Changements dans la capacité à organiser et à planifier des tâches complexes
  • Difficulté à reconnaître les objets dans la maison, les images ou les personnes connues
  • Apathie ou indifférence inhabituelle, marquée et prolongée
  • Difficulté inhabituelle à s’adapter aux changements
  • Agitation verbale et physique

 

 

Commentaires 5

Répondre à Sarah P Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Sarah P

    pas vrai! Il y en avait et il y en aura à l’Hopital Notre Dame !! J’y travaille. Mais moins à l est que l’institut santé mentald

  • Diane Robert

    Très intéressant service. Je me demande si c’est notre Martine Blackburn que nous avons connu dans Repentigny. Probablement. Elle est une excellente travailleuse sociale. Bravo à toute l’équipe.

  • Claude D ´Amour

    Merci pour votre implication, je suis présentement dans cette action j essaie d aider ma mère qui va avoir 89 ans en juin elle et son mari (83) s isole ne veux plus voir grand monde elle reste dans un bloc appartement à Anjou avec ses deux sœurs ne veut pas voir ses sœurs le moins possible,refuse l aide pour le ménage du CSLC leur grande peur c’est de perdre leur logement être placé en CHSLD très difficile à gérer

  • louise pichette pour André Joly

    j’aimerais avoir une évaluation pour mon mari qui a 83 ans et qui a des troubles cognitifs depuis 2011 suite à une très grosse opération pour un anévrisme abdominal – maintenant ça s’aggrave et ça me stresse beaucoup je n’ai pas d’aide de personne – je demeure dans le secteur Anjou et je fais affaire avec le clsc Mercier est Anjou

    • Martin Jean

      Vous pouvez contacter la clinique au 514-251-0056