Montréal-Nord
17:01 31 juillet 2020 | mise à jour le: 31 juillet 2020 à 17:01 temps de lecture: 3 minutes

Colmater la fracture numérique

Colmater la fracture numérique
Photo: 123rf

Alors que la pandémie a mis en lumière l’enjeu de la fracture numérique, des organismes collaborent pour équiper gratuitement des familles et des aînés en matériel informatique.

En collaboration avec Hoodstock, le Sommet socio-économique pour le développement des jeunes des communautés noires (Sdesj) a déjà offert à plus de 500 jeunes et leurs familles issus de milieux défavorisés un ordinateur portable ainsi que trois mois gratuits d’accès à Internet. Il a récemment annoncé que 700 familles supplémentaires recevront cet équipement.

Chacune de ces familles reçoit un ordinateur portable, des formations à la littérature numérique ainsi que trois mois de connexion internet gratuite, au besoin, le tout d’une valeur approximative de 750$.

La fracture numérique, soit la disparité d’accès aux outils technologiques ainsi qu’au web, touche particulièrement les foyers à faible revenu. En 2019, près d’une famille sur cinq gagnant moins de 20 000$ n’avait aucune connexion à Internet, selon le Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO).

Selon le Sdesj, environ 20% des familles qui ont reçu de l’équipement dans le cadre de la distribution vivent à Montréal-Nord.

L’organisme Hoodstock, qui s’occupera de coordonner le volet des formations à la littérature numérique, a de son côté amassé du des fonds pour distribuer 75 tablettes à Montréal-Nord, notamment à des aînés pour prévenir l’isolement. La Banque TD a fait don de 40 000$ pour soutenir ce projet.

Exacerbée par la pandémie

Il y a plus d’un an que cette initiative se préparait, mais les enjeux amenés par la pandémie ont poussé les organismes à appuyer sur l’accélérateur. Ceux qui comptaient sur certains lieux publics pour se connecter se sont retrouvé le bec à l’eau, explique le président du Sdesj, Edouard Staco.

«Après c’est un problème sur lequel il va falloir continuer à travailler, croit-il. La COVID-19 a fait prendre aux institutions un virage numérique, et nous ne croyons pas que les gens vont revenir comme avant», croit-il.

Pour le fondateur de Hoodstock, Will Prosper, il faut que tous les jeunes puissent avoir accès aux outils technologiques.

«On voit le retard que ça fait au point de vue des compétences personnelles et professionnelles, dit-il. Ce sont des outils de socialisation et d’éducation.»

Coûts élevés

Offrir à autant de familles des outils technologiques coûte cher, reconnait M. Staco.

Le Sdesj a reçu des soutiens financiers importants pour exécuter son projet : 300 000$ de la part de la Fondation Chagnon, et 550 000$ de Centraide du Grand Montréal.

Mais pour que l’effet soit durable et que les familles restent connectées après leurs trois mois gratuits, ce sont aux gouvernements de créer des programmes à cet effet, soutient M Staco.

Articles similaires