Montréal-Nord

Violence conjugale: de l’aide pour les hommes de Montréal-Nord

Photo: iStock

C’est une première dans Montréal-Nord: les hommes violents ou susceptibles de le devenir auront un intervenant communautaire vers qui se tourner pour parler et se faire référer vers les ressources d’aide.

Le Centre des femmes interculturel Claire (CFIC) vient d’avoir la confirmation d’un financement de l’arrondissement de Montréal-Nord pour embaucher un agent de milieu jusqu’en décembre.

Le projet «À cœur ouvert» encouragera les hommes à parler de leurs émotions et, surtout, à accepter de se faire aider.

«Ça va concerner tous les hommes qui sont en difficulté, qui ont besoin de parler parce qu’ils sont en train de traverser une rupture et parce qu’ils sont en colère», explique la directrice du centre, Micheline Cantave.

On ne prétend pas pouvoir éradiquer la violence, mais on pense pouvoir éviter bien des drames

Micheline Cantave, Directrice du Centre des femmes interculturel Claire

L’objectif est d’accompagner une trentaine d’hommes du nord-est de l’arrondissement, selon des documents administratifs de la Ville.

«Il était temps»

Ce projet, Mme Cantave y réfléchit depuis une dizaine d’années. En 20 ans d’intervention, il lui est arrivé quelques fois de voir différentes femmes victimes d’un même homme.

«Les femmes et les enfants, on les prend en charge, mais ces hommes-là, on passe à côté», déplore-t-elle.

S’il existe des organismes de soutien aux hommes violents, ils se trouvent loin de Montréal-Nord, un arrondissement qui affiche pourtant un taux de violence conjugale deux fois plus élevé que dans le reste de la métropole.

Mme Cantave insiste: l’agent de milieu ne restera pas à son bureau. Il rencontrera les hommes là où ils se trouvent, lors des activités organisées dans l’arrondissement, par exemple.

L’organisme voisin, Hoodstock, a accepté de prêter un local pour les groupes de discussion et les ateliers de sensibilisation. Ainsi, la nouvelle clientèle ne se mêlera pas aux femmes violentées.

Pérenniser le projet

Mme Cantave espère obtenir du financement pour poursuivre le projet au-delà de décembre 2021.

À long terme, elle rêve d’un endroit où les hommes en colère pourront être hébergés et écoutés pendant que les intervenantes du centre s’occupent des femmes et de leurs enfants.  

Elle rêve aussi d’ateliers dans les écoles, où les jeunes garçons pourront apprendre les bases du respect.

Un rapport sur le déroulement du projet devra être remis à l’arrondissement en 2022.

La violence conjugale à Montréal-Nord

7 sur 1000 : C’est le taux de victimes de violence conjugale à Montréal-Nord, selon un rapport commandé par l’arrondissement paru en 2019. C’est presque deux fois plus qu’ailleurs à Montréal, où ce taux est de 3,9.

Articles récents du même sujet