Montréal-Nord

Fusillades: appel à la stabilité au sein du SPVM

Intervention après coups de feu
Photo: Stockdeca123RF

Devant la montée des violences armées, les services de police doivent éviter leurs erreurs du passé : multiplier les escouades spécialisées pour les démanteler quelques années plus tard, préviennent deux experts.

Ces derniers mois, le nombre de fusillades augmente. L’inquiétude chez les citoyens aussi, comme le rappelle un récent sondage CROP/Métro. Pas étonnant que les promesses se succèdent chez les principaux partis politiques municipaux.

La mairesse sortante de Projet Montréal, Valérie Plante, a annoncé 110 millions de dollars additionnels en sécurité publique sur quatre ans, tandis qu’Ensemble Montréal promet d’augmenter les effectifs et de ne pas désarmer les policiers.

«C’est de la poudre aux yeux des deux côtés. Il n’y a rien de tangible», commente l’analyste de la scène policière et ex-inspecteur au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Guy Ryan.

Des «erreurs stratégiques»

L’ex-inspecteur explique qu’ajouter 15, 25 ou même 50 policiers ne ramènera pas, en soi, la quiétude dans la rue. À son avis, il faut plutôt miser sur la longévité des nouvelles unités spécialisées dans la lutte contre la violence et aux armes à feu.

Dans les deux dernières années, de nouvelles unités ont été créées au SPVM, notamment l’escouade Quiétude et l’équipe spéciale dédiée à la lutte contre le trafic d’armes (ELTA).

 «Il va falloir qu’elles restent là, parce que développer des sources d’information (durables), c’est le nerf de la guerre. Ça prend de l’expérience, du doigté. Il y a des policiers qui n’y arrivent pas en 50 ans de carrière», explique Guy Ryan.

Il dénonce que les unités spécialisées dans la lutte aux gangs de rue créées au milieu des années 2000 aient été démantelées une dizaine d’années plus tard.

Des «erreurs stratégiques», abonde la criminologue Maria Mourani.

 «C’est de l’argent qu’on a mis à la poubelle, ajoute-t-elle. Toute l’expertise de ces groupes-là a été disséminée dans les différents corps de police», souligne l’ex-députée et présidente de Mourani-Criminologie.

On crée des escouades, mais on n’est même pas sûrs que dans 10 ou 15 ans, elles seront encore là. 

Maria Mourani, criminologue et présidente de Mourani-Criminologie

Tous deux espèrent que les nouvelles escouades ne subiront pas le même sort.

Agir en prévention

Maria Mourani rappelle qu’il faut aussi agir sur un deuxième plan, celui de la prévention. «Quand on se met à parler de nouvelles escouades, on est dans le curatif. Il y a très peu d’argent en prévention», dit-elle.

Le directeur d’Équipe RDP, un organisme intervenant auprès des jeunes de Rivière-des-Prairies, fustige quant à lui les millions investis dans la répression et montre du doigt le manque d’investissement financier dans les organismes comme le sien.

«Il faudrait arrêter d’investir dans la répression. Il faut investir dans la prévention sur le long terme. Les causes de cette violence sont le réel problème», laisse-t-il tomber.

Le nombre d’homicides sur l’île de Montréal depuis janvier est 23. Un peu plus du tiers se sont déroulés sur les territoires du Nord-est de la ville.

Évènements majeurs

  • 30 Janvier 2021 

Montréal-Nord : Un individu de 26 ans a été atteint mortellement sur la rue Martial. Selon La Presse, il était proche des 43, un gang de Montréal-Nord.

  • 31 Janvier 2021

Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles : Un homme de 25 ans connu des milieux policiers a été atteint au haut du corps alors qu’il se trouvait au volant de sa voiture. 

  • 7 Février 2021

Saint-Léonard : Victime collatérale d’une fusillade, Meriem Boundaoui, âgée de 15 ans, a été tuée près de la rue Jean-Talon Est.

  • 29 Mai 2021

Montréal-Nord :  Evensky Maxy, 22 ans, a été abattu près de l’intersection de l’avenue Pelletier et de la rue d’Amos dans l’arrondissement de Montréal-Nord.

  • 5 Juillet 2021

Montréal-Nord :  Dans un quartier résidentiel sur l’avenue de Paris un homme de 43 ans a été abattu.

  • 2 Août 2021

Rivière-des-Prairies :  Plusieurs coups de feu entendus sur le boulevard Perras, près de l’intersection de la 54e avenue.

Cette lourde fusillade a fait trois morts et deux blessés.

Avec Yohann Goyat

Articles récents du même sujet