Montréal-Nord

Trois fusillades en une fin de semaine à Montréal-Nord

Voiture de police
Depuis le 1er avril, trois événements impliquant des armes à feu Photo: iStock

La présence policière est de nouveau accrue à Montréal-Nord à la suite de trois événements impliquant des armes à feu survenus en moins de 24 heures au cours de la fin de semaine. Trois hommes ont été blessés par balle, suscitant à nouveau l’inquiétude dans l’arrondissement.

Deux des trois événements se sont déroulés sensiblement au même endroit, soit à l’angle du boulevard Rolland et de la rue Pascal.

Le premier s’est produit vers 18h vendredi. Les policiers ont trouvé une victime blessée par balle après un appel concernant des coups de feu. Un véhicule aurait approché l’homme de 32 ans et une personne à l’intérieur aurait tiré en sa direction, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Sa vie n’est pas en danger.

Avant d’être transportée à l’hôpital, la victime s’était réfugiée dans un appartement de la rue Arthur-Chevrier.

La victime n’était pas connue des policiers.

Même modus operandi

Le deuxième événement est survenu vers 2h20 dans la nuit de samedi, à l’intersection de la rue Monselet et de l’avenue de Bruxelles. Un homme de 25 ans a été atteint par balle et s’est rendu par lui-même à l’hôpital. Il n’était pas connu des policiers.

Sa version des faits fait état du même modus operandi. Il aurait lui aussi été approché par un véhicule dont l’un des passagers aurait fait feu, explique l’agent relationniste Jean-Pierre Brabant.

L’histoire se serait répétée dans la soirée de samedi, vers 18h45, à l’angle du boulevard Rolland et de la rue Pascal. Cette fois, la victime, un homme de 28 ans, est connue des milieux policiers.

«On est en train de faire des vérifications pour savoir si les trois événements sont liés. On tente de déterminer si ce sont les mêmes suspects», souligne l’agent Jean-Pierre Brabant.

Des mesures réclamées

Deux des trois événements se sont produits à quelques pas des habitations Un rayon de soleil et des Fourchettes de l’espoir.

«C’est inquiétant. Ça ne touche pas que Montréal-Nord, c’est devenu un problème montréalais. Je me demande toujours si les autorités ont un plan pour aider la communauté», affirme la directrice de l’organisme, Brunilda Reyes.

Pour sa part, la mairesse de l’arrondissement, Christine Black, a de nouveau appelé l’administration de Valérie Plante à investir dans l’arrondissement. «Nous avons besoin d’investissements pour diminuer la pauvreté afin d’éviter que les jeunes se tournent vers la violence», soutient-elle dans une déclaration écrite.

Elle demande un meilleur soutien des organismes communautaires et une augmentation des effectifs au SPVM.

Cette montée de la violence est inadmissible et nous réclamons immédiatement des mesures pour la combattre.

Christine Black, mairesse de Montréal-Nord

De son côté, la députée de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille, appelle encore une fois Québec à pérenniser le financement pour les travailleurs de rue. «Ce n’est pas compliqué. On fait du sur place, ce n’est pas réglé. Je suis découragée», a-t-elle dit.

Elle soutient que les 52 M$ annoncés en décembre par le gouvernement caquiste pour soutenir les organismes communautaires tardent à arriver sur le terrain.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet