Ouest-de-l’Île

Un traitement contre le nerprun dans le parc Terra-Cotta

Le parc naturel de Terra-Cotta. Photo: Archive Métro

Pendant les prochaines semaines, la Ville de Pointe-Claire va appliquer un traitement pour réduire la présence de la plante invasive qu’est le nerprun dans le parc naturel Terra-Cotta, afin d’encourager la pousse de végétaux indigène.

Le nerprun est une plante qui a été introduite en Amérique du Nord dans les années 1880. Utilisé à la base comme une clôture ou un coupe-vent dans les champs, le petit arbuste s’est vite rependu dans les forêts avoisinantes, jusqu’à en devenir envahissant voir monopolisant. Sa présence empêche la pousse d’autres plantes indigènes, essentielles pour l’équilibre de l’écosystème.

Cette initiative de la Ville de Pointe-Claire est la seconde phase d’un projet pilote qui avait débuté l’année dernière. En hiver dernier, la Ville avait déjà procédé à la coupe du nerprun dans le parc Terra-Cotta. Durant l’été, elle planifie d’appliquer sur les souches un traitement sous forme de champignon pathogène. Ce dernier est un élément déjà présent dans les forêts québécoises, et il permet d’empêcher la repousse des souches.

Avec ce projet-pilote, la Ville de Pointe-Claire espère ainsi réguler la présence du nerprun dans le parc Terra-Cotta. Une fois le traitement appliqué, de nouvelles plantes indigènes seront plantées entre 2022 et 2023.

En cas du succès du traitement, Pointe-Claire espère pouvoir réitérer l’expérience dans les autres espaces verts du secteur.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de l’Ouest-de-l’île.

Articles récents du même sujet