Outremont & Mont-Royal

L’art-thérapeutique pour de jeunes réfugiés syriens

Photo: Gracieuseté
Frédéric Lacroix-Couture

Au cours des derniers mois, plusieurs dizaines de jeunes réfugiés syriens, parrainés par l’organisme d’Outremont Hay Doun, ont pu exprimer leurs émotions vécues en temps de guerre à travers l’art. Jusqu’au 14 juin, ils exposent leurs œuvres au Centre d’apprentissage parallèle sur le boulevard Saint-Laurent.

Dans le cadre d’ateliers, ces artistes en herbe, âgés de 7 à 17 ans, ont pu expérimenter l’art-thérapeutique avec l’utilisation de la peinture et du dessin. Ces activités agissent comme un outil d’intégration avec un aspect à la fois thérapeutique, créatif et éducatif.

«C’est un moyen pour les gens qui ne trouvent pas les mots de s’exprimer. Pour le jeune, c’est très efficace», fait valoir la directrice de Hay Doun, Narod Odabasiyan.

C’est la première année que l’organisme de parrainage proposait de l’art-thérapeutique grâce l’appui financier de la Ville de Montréal, de la Croix-Rouge et de l’entreprise de télécommunications Telus.

S’ouvrir

Durant leurs ateliers, les jeunes ont abordé avec l’aide d’art-thérapeutes plusieurs thèmes qui évoquent notamment l’identité, l’expression libre de sentiments et leur passé en Syrie. L’exposition présente une sélection de leurs œuvres créées au cours des derniers mois.

Pour plusieurs, ce fut l’occasion de s’ouvrir pour la première fois sur la guerre et leur transition au Québec.

«Des jeunes me disaient qu’ils ont eu du plaisir à faire ça parce que personne, même pas leurs parents, leur demandent de réfléchir un peu sur le passé», raconte Mme Odabasiyan, qui précise que cette expérience a aussi une occasion pour les enfants de pratiquer leur français.

En plus d’œuvres individuelles, des jeunes ont réalisé avec leurs mères une grande toile. Sous un fond multicouleur où le vert et le rouge ressortent, ils ont formé un immense arbre avec l’empreinte de leurs mains. Cette œuvre montre leur vision du futur et l’espoir qui anime ces familles.

D’autres élèves ont aussi développé des œuvres avec l’aide de la technologie. Ils ont utilisé des tablettes électroniques pour prendre des autoportraits et ensuite réaliser un petit théâtre de marionnettes.

2400

C’est environ le nombre de réfugiés syriens que l’organisme Hay Doun a parrainé depuis 2009.

Articles récents du même sujet