Outremont & Mont-Royal

Agrile du frêne: plusieurs arbres abattus à Outremont

Des pièges sont inspectés pour étudier l'argile du frêne. Photo: TC Media - Archives

La lutte contre l’agrile du frêne se poursuivra encore dans les prochaines années. En 2016, 49 arbres infestés par l’insecte venu d’Asie ont été coupés à Outremont, dont cinq sur le domaine privé.

D’autres arbres ont été abattus au cours des derniers mois dans l’arrondissement. Cette opération sera chiffrée d’ici la fin de l’année.

«Beaucoup de frênes dépistés sont faiblement infestés. Ils ne sont pas abattus, mais mis sur un programme de traitement par injection», précise la porte-parole à la Ville de Montréal, Anick de Repentigny.

En 2017, les autorités prévoient vacciner 283 arbres à Outremont. Les injections doivent se poursuivre jusqu’au 31 août.

L’an dernier, 337 arbres outremontais ont reçu le TreeAzin, un bio-pesticide développé par Ressources naturelles Canada qui combat l’insecte ravageur.

Replanter

Depuis 2015, ce sont plus de 300 frênes qui ont été rasés à Outremont. Contrairement à d’autres secteurs de la métropole, l’arrondissement compte peu de ce feuillu, selon la ville-centre.

«Mais un des foyers d’infestation les plus anciens est situé dans l’arrondissement voisin, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, ce qui fait que les frênes d’Outremont ne sont pas à l’abri», indique Mme de Repentigny.

L’arrondissement remplace chaque arbre, peu importe l’essence. Selon les contraintes du terrain, ils sont soit remplacés par le chêne, le tilleul, le févier, l’érable, l’orme ou le conifère.

10 ans

Montréal précise que la lutte contre l’agrile devra se poursuivre en 2018, mais que la mortalité des frênes en zone publique est «entièrement sous contrôle».

Un programme a été tout récemment mis sur pied pour traiter aux deux ans une majorité de frênes. Les trop petits ou ceux qui dépérissent seront mis à l’abattage.

Pour ce qui est des propriétaires privés, ils doivent assurer le remplacement de leurs feuillus malades d’ici les 10 prochaines années.

La Ville de Montréal offre aux résidents une subvention qui couvre 50% des dépenses.

Pour savoir si un frêne doit être traité, consulter ville.montreal.qc.ca/agrile

15,9 M$

Montréal a investi près de 16 M$ dans sa stratégie pour combattre l’agrile du frêne depuis 2012. En termes de plantations, près de 41,5 M$ ont été dépensés par la Ville et ses arrondissements dans les cinq dernières années.

L’agrile du frêne

L’agrile du frêne est un insecte coléoptère facilement reconnaissable par sa carapace vert métallique, qui mesure environ 1,5 cm de long. Les larves ressemblent à un vers blanc plat et peuvent mesurer jusqu’à 3 cm de long à leur dernier stade de croissance.

Originaire d’Asie du Sud-Est, on retrouve l’agrile de façon indigène en Chine, au Japon, en Corée et en Russie. L’agrile fut découvert en 2002, en Amérique du Nord, dans les villes de Windsor (Ontario) et de Détroit (Michigan). Son introduction accidentelle a déjà causé la perte de plus de 75 millions de frênes aux États-Unis et au Canada.

 

Articles récents du même sujet