Outremont & Mont-Royal
10:22 2 novembre 2017 | mise à jour le: 3 novembre 2017 à 10:19 Temps de lecture: 3 minutes

L’ascension de Babette Roy

L’ascension de Babette Roy
Photo: TC Media – Patrick Sicotte

Une jeune sportive d’Outremont tente de se hisser parmi les meilleures escaladeuses des Amériques. Depuis lundi, Babette Roy participe au Championnat panaméricain junior d’escalade auquel prennent part plus de 200 athlètes provenant de 10 pays, à Montréal.

Enfant, Babette s’amusait déjà à monter un peu partout, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la maison.

«Je grimpais dans les arbres, les cadres de portes, les poteaux et les modules, se souvient l’adolescente de 15 ans. Et pendant une semaine de relâche, mes parents ont eu l’idée de m’inscrire dans un camp d’escalade d’une journée.»

Les moniteurs ont vu tout de suite en elle un talent et ont ainsi proposé à ses parents de l’inscrire à des cours.

À l’âge de 8 ans, elle commençait donc l’escalade. Douze mois plus tard, l’Outremontaise finissait en tête lors de sa première compétition qui se déroulait au centre Horizon Roc, l’endroit  même où se tient actuellement le championnat panaméricain.

Médaille d’or

Depuis ses premiers pas dans l’univers de la grimpe, Babette a monté les échelons.

En novembre 2014, l’athlète participait à son premier championnat panaméricain au Mexique. Première au classement national dans sa catégorie, elle a terminé cet été 18e aux Championnats du monde junior en Autriche.

Elle estime que ces expériences à l’échelle internationale lui enlèvent une certaine pression pour les prochains jours.

Au cours de la semaine, l’escaladeuse prend part à trois épreuves dans la catégorie juvénile B.

Babette est d’abord sortie grande gagnante lors de la finale en bloc qui consiste à sillonner sans harnais ni corde les voies, nommées problèmes, jusqu’à une hauteur de 4,5 mètres. Mercredi, elle a remporté la médaille d’or.

Dès le 2 novembre, elle passera à l’épreuve de la vitesse durant laquelle les participants doivent monter 5 mètres le plus rapidement.

Le championnat fera ensuite place au défi de difficultés qui exige des escaladeurs de se rendre le plus haut possible.

Babette souhaite accéder aux finales de chacune des épreuves, mais la compétition est avant tout l’occasion de s’évaluer par rapport à de nouvelles adversaires qu’elle n’a pas l’occasion de croiser.

«Ça me permet de me fixer des objectifs plus précis et de voir des défauts qu’on n’aurait pas vu», a fait valoir l’adolescente, quelques jours avant la compétition.

Persévérance

L’élève de l’école secondaire Paul-Gérin-Lajoie-d’Outremont vibre d’ailleurs pour son sport en raison du dépassement de soi qu’il apporte.

«L’escalade, c’est 98% d’échec. Tu tombes tout le temps. Ça demande donc beaucoup de persévérance. Mais le 2% de réussite vaut tellement la peine. Tu te sens vraiment en confiance», soutient Babette qui s’entraîne six fois par semaine au centre Allez-UP.

Elle ne ferme pas la porte au rêve olympique alors que l’escalade fera son entrée aux Jeux de Tokyo en 2020. Toutefois, Babette croit qu’elle devra attendre en 2024 afin d’aller chercher l’expérience nécessaire pour atteindre ce haut niveau de compétition.

Le Championnat panaméricain junior se terminera le 5 novembre.

 

Articles similaires