Outremont & Mont-Royal
16:20 23 mai 2018 | mise à jour le: 23 mai 2018 à 16:22 Temps de lecture: 3 minutes

Recherche de financement pour la maison McFarlane

Recherche de financement pour la maison McFarlane
Photo: Métro Média - Frédéric Lacroix-Couture

Ayant en main depuis peu un énoncé prouvant la valeur patrimoniale de la Maison Holmes-McFarlane, les élus d’Outremont s’activent pour trouver les fonds nécessaires afin de rénover la résidence et lui donner une seconde vie. Ils feront d’abord appel à l’appui de la ville-centre.

L’immeuble de l’avenue Rockland, construit vers 1909, est laissé à l’abandon depuis qu’Outremont en est propriétaire, il y a une dizaine d’années. L’arrondissement a commandé auprès de la Ville de Montréal une évaluation de l’intérêt patrimonial du site. Le document de neuf pages relate notamment sur quoi repose la valeur historique et symbolique de la maison.

En plus de constituer un point de repère dans le quartier, la bâtisse témoigne entre autres du début de l’urbanisation d’Outremont et a été la propriété d’une seule famille, Holmes-McFarlane, pendant environ 100 ans.

Au plan architectural, l’énoncé fait valoir le caractère pittoresque et plus champêtre de la maison ainsi que la conservation de plusieurs éléments d’origine. L’endroit représente aussi un fort potentiel archéologique préhistorique puisque le secteur a déjà servi de lieu d’inhumation amérindienne.

La prochaine étape du conseil d’arrondissement est voir avec Montréal quelles sont les sommes disponibles pour des travaux de réfection. Selon une étude de l’arrondissement, la mise aux normes de la maison coûterait plus d’un million de dollars.

«Le toit a été refait il y a quelques années. Mais l’intérieur n’est pas du tout habitable, il n’y a ni d’eau ni d’électricité. Elle tombe en ruine», soutient la conseillère du district Jeanne-Sauvé, Fanny Magini.

Elle espère rencontrer la responsable de la culture, du patrimoine et du design au comité exécutif, Christine Gosselin, avant les vacances d’été. En cas d’une réponse négative de la Ville,  d’autres sources de financement devront être envisagées, indique Mme Magini.

Appel de projets  

Une fois l’argent trouvé, une consultation sera lancée auprès des organismes locaux pour déterminer la nouvelle vocation à la maison. Mme Magini affirme que le caucus de Projet Montréal d’Outremont est ouvert à différentes thématiques, que ce soit en matière d’environnement ou de famille, par exemple.

«On ne veut pas se limiter au culturel ou mettre des balises au point de vue de la vocation, mais on veut que ce soit d’intérêt pour les citoyens et les résidents des alentours», soutient-elle.

La conseillère d’arrondissement souhaite que le sort de la maison soit réglé d’ici la fin de son mandat en 2021. Les discussions entourant l’avenir de la résidence durent depuis déjà quelques années.

Articles similaires