Outremont & Mont-Royal

Sauve qui court

Sauve qui court
Photo: District - Josie DesmaraisPatrick Michel court deux marathons par jour en face du café Dax dans Outremont pour récolter des fonds au profit d’un homme atteint d’un cancer. / Josie Desmarais

Derek Johnston est atteint d’un cancer du rein et lutte pour sa vie en Californie depuis trois ans. À 5 000 km de là, Patrick Michel enchaîne quotidiennement deux marathons sur un tapis roulant devant le Café DAX, à Outremont, pour amasser des fonds afin de l’aider.

Un jour, le propriétaire du bistro de l’avenue Van Horne, Darren Johnston, lui a parlé de la campagne de financement qu’il souhaitait faire pour son frère.

«Il m’a confié avoir abordé la question avec plusieurs personnes, et que l’histoire de Derek, comme de milliers d’autres cancéreux partout dans le monde, n’avait malheureusement rien d’extraordinaire, raconte Patrick Michel. Je lui ai dit que je me préparais pour courir de Vancouver à Montréal.»

Il lui a alors proposé de repousser sa course à l’année suivante et courir la même distance pour amasser de l’argent. Depuis le 1er juin, il parcourt 84 km presque quotidiennement. L’objectif visé avec sa Course pour la vie est d’atteindre 50 000$ en dons.

Les sommes serviront à soutenir Derek pendant son traitement expérimental dirigé par l’université de San Diego. «Au cours des deux derniers mois, il y a une réduction des tumeurs de 35%. La thérapie fonctionne bien, mais les coûts sont dispendieux aux États-Unis», explique M. Michel.

Terrain inconnu

Le stratège en marketing de 53 ans avait déjà planifié deux années sabbatiques pour sa course. Le changement de cap a impliqué une tout autre préparation, puisque courir sur un tapis roulant est très différent.

«C’est tellement plus dur que sur la route. Lorsqu’il s’agit de grandes distances, c’est mentalement taxant, fait-il remarquer. Et il n’y a pas de variations, pas de virages, donc ce sont toujours les mêmes groupes de muscles qui travaillent.»

N’ayant jamais tenté ces distances consécutivement, Patrick Michel avoue se diriger sans cesse vers une nouvelle zone qu’il n’a jamais franchie. «Je suis en terrain inconnu. Chaque jour, c’est mon 100% que je repousse encore.»

Tous ceux qui font des dons ne connaissent pas Derek non plus, mais ont tous la même volonté de l’aider. «Patrick est un ange tombé du ciel. Il a déjà couru 15 marathons jusqu’à présent pour aider un étranger. Il risque beaucoup là-dedans. C’est quelqu’un de très spécial», confie Darren Johnston.

Ce défi donne à son frère l’espoir et le soutien nécessaire pour contrer la maladie, des ingrédients aussi importants que les traitements.

Plus d’infos

unecoursepourunevie.com

Café DAX (1461, avenue Van Horne)