Jacques Goldstyn et Agathe Bray-Bourret finalistes au Prix TD de la littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse

Jacques Goldstyn et Agathe Bray-Bourret finalistes au Prix TD de la littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse
Photo: District - ArchivesJacques Goldstyn

Les illustrations d’un garçon inconsolable et l’histoire de deux frères d’armes, toutes deux des créations montréalaises destinées à un jeune public, pourraient être récompensées. Jacques Goldstyn et Agathe Bray-Bourret figurent parmi les finalistes du Prix TD de la littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse.

Après avoir remporté une première fois cette récompense, l’auteur et illustrateur monterois est maintenant en lice pour son livre Jules et Jim, frères d’armes.

L’ouvrage raconte l’histoire d’un duo inséparable depuis leur enfance. Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, Jules et Jim s’enrôlent dans l’armée. Ensemble, ils combattent avec courage et puisent leurs forces dans leur amitié. Jacques Goldstyn dit s’être inspiré du parcours de son grand-père maternel parti à la guerre durant quatre ans.

En 2016, le résident de Ville Mont-Royal avait décroché le Prix TD de la littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse pour son livre L’abragan.

Dessins positifs

Couverture du livre Anatole qui ne séchait jamais, dessiné par Agathe Bray-Bourret.

L’illustratrice outremontaise est sélectionnée pour l’œuvre Anatole qui ne séchait jamais. Elle a mis en image les écrits de la chanteuse et auteure Stéphanie Boulay qui aborde l’identité de genre pour son premier livre jeunesse.

L’histoire est celle d’un jeune garçon dont rien ni personne ne peut soulager la peine. Sa grande sœur Régine tentera de comprendre ce qui le rend si triste.

Agathe Bray-Bourret, qui a aussi dessiné pour des magazines et journaux, explique s’être concentrée sur les aspects positifs du conte. «Je voulais aussi avoir des dessins légers et éthérés pour aller avec le texte subtil et doux», précise-t-elle.

La résidente d’Outremont est en nomination pour la première fois au Prix TD qui remettra une bourse de 50 000$ aux lauréats francophone et anglophone. Les deux gagnants seront connus le 7 novembre.