Outremont & Mont-Royal
11:56 24 janvier 2020 | mise à jour le: 24 janvier 2020 à 12:00

Soeurs Dufour-Lapointe: donner l’envie de bouger

Soeurs Dufour-Lapointe: donner l’envie de bouger
Photo: Gracieuseté - Vanessa Cyr PhotographieLes sœurs Maxime, Chloé et Justine Dufour-Lapointe rejoignent la patineuse artistique Tessa Virtue à titre de marraines de Fillactive.

Sources d’inspiration par leurs exploits olympiques, les sœurs Dufour-Lapointe tenteront de motiver, en dehors des pistes de ski, les adolescentes à bouger. Les skieuses acrobatiques Chloé, Justine et Maxime deviennent les nouvelles marraines de l’organisation Fillactive qui vise à renverser la tendance de l’abandon de l’activité physique chez les jeunes filles.

Les trois sœurs athlètes se sont associées naturellement à cette cause. Le sport s’inscrit dans leur quotidien depuis le tout jeune âge.

«Nous avons eu la chance d’avoir des parents assez actifs. L’été, on faisait de la voile et l’hiver du ski. On a toujours été porté à bouger et à s’amuser. On a toujours aimé ça», raconte Chloé, médaillée d’argent aux JO de Sotchi en 2014.

Pour bien des jeunes filles âgées de 12 à 17 ans, l’intérêt pour le sport tend toutefois à s’estomper. Le tiers se disent actives contrairement aux garçons dont la proportion s’élève à près de la moitié, selon les dernières enquêtes québécoises sur le sujet en 2015.

Au cours des trois prochaines années, les sœurs Dufour-Lapointe aideront à améliorer ces chiffres. À titre de marraines, elles prendront part à différentes initiatives, notamment dans les écoles et par l’entremise des réseaux sociaux, pour inspirer les adolescentes à adopter un mode de vie saine et active.

«Les sœurs Dufour-Lapointe sont si bien équilibrées, épanouies et en santé que ça donne tellement le meilleur message aux filles: « sens-toi bien dans ta peau et aie du plaisir ». On le voit, quand elles font du sport, elles ont le sourire grand jusqu’aux oreilles et c’est exactement ce qu’on veut chez Fillactive», soutient la présidente fondatrice de l’organisme, Claudine Labelle, lors d’une activité au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, à Outremont.

Bienfaits

Les soeurs Dufour-Lapointe ont participé récemment à une activité au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, à Outremont.
Les soeurs Dufour-Lapointe ont participé récemment à une activité au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, à Outremont.

Si la tentation de regarder une série télé est souvent beaucoup plus grande que d’aller s’entraîner, il ne faut jamais oublier les innombrables bienfaits derrière l’activité physique, mentionnent les trois sœurs. Elles y voient une façon de se faire un cadeau.

«Le sport t’amène des découvertes cachées sur toi. Tu découvres tes forces et faiblesses. Tu es challengé à des échecs. Tu découvres, c’est quoi gagner avec grâce. C’est une autre forme d’école», fait valoir Maxime qui a pris sa retraite de la compétition en 2018 pour entamer des études en médecine.

Les Dufour-Lapointe conseillent aux adolescentes d’expérimenter différents sports pour choisir celui qui leur plaira et de se donner des objectifs. Et le milieu scolaire joue souvent un rôle dans cette recherche.

«Quand on est jeune, on trouve ça niaiseux le cours d’éducation physique, mais je ne pense pas que ce l’est, soutient Justine, championne olympique. C’est un beau milieu pour découvrir et essayer de nouveaux sports.»

L’approche de Fillactive vise aussi à créer des occasions pour l’essai de différentes activités physiques dans les quelque 200 écoles partenaires. Les initiatives du mouvement ont permis d’augmenter le niveau d’activité hebdomadaire chez les jeunes filles participantes, selon des recherches menées par Fillactive en collaboration avec des chercheurs de quatre universités canadiennes.

Articles similaires