Outremont & Mont-Royal

Théâtre Outremont: la solitude de Borges sur des airs d’opéra-tango

Photo: Collaboration spéciale

Dans la pièce La bibliothèque-interdite de Denis Plante, le comédien Sébastien Ricard plonge les spectateurs dans un univers éclaté, alliant les rythmes enflammés du tango argentin et les réflexions d’un écrivain aveugle et isolé.

Inspiré de la vie du célèbre écrivain Jorge Luis Borges, La bibliothèque-interdite nous transporte à Buenos Aires, dans les années 40, alors que l’Argentine se trouve sous un régime dictatorial.

«L’art et la politique sont au centre de cette pièce, puisque dans de telles circonstances l’art devient nécessairement politique», lance Sébastien Ricard, qui incarne l’unique personnage de la pièce.

À l’époque, Jorge Luis Borges est le directeur de la bibliothèque nationale de la grande capitale. À travers ses écrits, il tente de condamner les dérives du fascisme ce qui lui vaut bon nombre de démêlés avec les autorités.

Le personnage de Sébastien Ricard se perd alors dans le labyrinthe de cette bibliothèque ou plutôt, dans le labyrinthe de ses pensées. «Devenu aveugle récemment, je joue la solitude de cet écrivain, enfermé dans son art», explique le comédien.

«Mesurez la cruelle ironie de ce dieu qui m’a donné accès à tous les livres et qui m’a aussi retiré la vue! Cette ligne décrit bien l’esprit de Borges qui réussit à rire ironiquement d’évènements qui sont terribles.                                                                              -Sébastien Ricard

Dans cette pièce, les délires philosophiques parfois brillants et d’autres fois farfelus du personnage principal sont toujours soutenus par les rythmes intenses du tango.

Avec trois musiciens de Tango Boréal sur scène, Denis Plante au bandonéon, Denis Poliquin à la guitare et Francis P. Palma à la contrebasse, la musique est le fil conducteur de cette pièce. «La réunion du théâtre et de la musique donne le caractère singulier de cette pièce, lance Sébastien Ricard. La raison pour laquelle elle m’a charmé au départ.»

Jouée pour une première fois à Lévy en 2010, la pièce a depuis grandement évolué selon le comédien. Un partenariat avec la metteure en scène Brigitte Haetjens (Richard III, La nuit juste avant les forêts) a même émergé en cours de route. «Nous l’avons rendu beaucoup plus simple, plus digeste, tout en conservant son univers éclaté», précise Sébatien Ricard.

 

Articles récents du même sujet