Outremont & Mont-Royal

Artères commerciales: un avis de motion pour interdire les lieux de culte

Photo: Isabelle Bergeron /TC Media

Les lieux de culte pourraient bientôt être prohibés sur les avenues commerciales d’Outremont. Une nouvelle qui a vivement fait réagir la conseillère Mindy Pollak ainsi que les membres de la communauté hassidique au conseil d’arrondissement du 2 novembre.

Quelques hassidiques du quartier se sont avancés au micro lundi pour dénoncer l’avis de motion annonçant l’éventuelle modification du règlement de zonage. Selon eux, si la communauté juive ne peut plus ouvrir de synagogues sur les artères commerciales, elle ne pourra plus en ouvrir nulle part.

«La règlementation est déjà très serrée, nous ne pouvons déjà pas nous installer sur les rues résidentielles, alors si on ne peut plus s’installer sur les artères commerciales où allons-nous aller?», a demandé Mayer Feig, un citoyen de confession juive.

L’avis de motion présenté au conseil d’arrondissement propose que les avenues Bernard et Laurier Ouest aient une vocation exclusivement commerciale à l’avenir et qu’une zone située près de la voie ferrée à la hauteur de l’avenue Van Horne, permette désormais les lieux de culte.

«Leur but c’est de nous isoler dans un coin», soutient M. Feig.

Élément déclencheur
C’est l’éventuel bain juif, qui prendrait place dans l’ancienne rôtisserie Fusée, située au coin de Champagneur et Bernard, qui a poussé le Service de l’aménagement urbain et du patrimoine d’Outremont (SAUP) à se pencher sur la pertinence d’autoriser les activités de culte sur ses avenues commerciales.

«Nous avons reçu le rapport du SAUP seulement 10 jours avant le conseil, a souligné la conseillère Mindy Pollak en début de soirée. Je propose de remettre le dépôt de cet avis de motion […]. Le conseil ne réalise pas l’impact de ce type de décision et ne prend pas les mesures nécessaires avant de lancer ce processus.»

La conseillère de Projet Montréal proposait également que les acteurs concernés soient consultés avant d’enclencher le processus.

Devant les réticences de Mindy Pollak et des membres de la communauté hassidique, la mairesse remplaçante, Jacqueline Gremaud, est demeurée ferme. «Nous avons à cœur le développement économique de nos rues commerciales et ce n’est pas en permettant les lieux de culte que nous allons faire valoir ces rues», a-t-elle expliqué.

La question des lieux de culte a fait l’objet de modifications règlementaires dans d’autres arrondissements dans les derniers mois.

«Des arrondissements qui sont aussi préoccupés par la revitalisation de leurs artères commerciales», souligne la mairesse, Marie Cinq-Mars, qui précise que les efforts seront décuplés au cours des prochains pour revitaliser les artères commerciales.

En déposant l’avis de motion lors de la séance du conseil, l’arrondissement s’engage à organiser une consultation publique au cours de laquelle tous les citoyens seront invités à venir faire part de leurs points de vue aux élues. La date de cette consultation n’a pas encore été déterminée.

Articles récents du même sujet