Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Un Pointelier en croisade pour sauver le St-Hubert de Pointe-aux-Trembles

André Girard devant l'édifice de la rôtisserie St-Hubert de Pointe-aux-Trembles le 13 juin 2017.
Photo: Ralph-Bonet Sanon/TC Media

Un résident de Pointe-aux-Trembles est déterminé à empêcher la fermeture de la rôtisserie St-Hubert du coin, vouée à devenir un comptoir express doublé d’un restaurant Harvey’s.

André Girard soutient avoir amassé 322 signatures dans une pétition pour revendiquer la préservation de la salle à manger et d’autres espaces de la rôtisserie inaugurée en 1979. L’ex-géographe a aussi multiplié les représentations auprès de commerçants, de résidents, d’organisations communautaires, du Groupe St-Hubert et même des élus de l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Comme d’autres, M. Girard, client depuis plus de 30 ans, déplore la perte d’un «des seuls lieux» de rassemblement des environs où il est possible de manger, discuter et être servi par du personnel «nous connaissant par notre prénom».

«C’est agréable d’y manger, tandis qu’un Harvey’s, c’est du fast food. Tu ne restes pas là. Les gens mangent et sortent, pas de discussion», commente-t-il.

Un commerçant signataire de la pétition fait aussi valoir que la rôtisserie était un des rares lieux à Pointe-aux-Trembles où tenir des diners d’affaires.

«Souvent, on a des représentants de banques qu’on amène dîner et c’est dans des restos comme ça, ou Tomate et basilic qu’on les amène», explique le directeur des ventes chez Christin Automobile, Kamal Afif.

La rôtisserie St-Hubert du 12575 rue Sherbrooke Est est fermée temporairement depuis le 12 mai dernier pour y mener les travaux de conversion. Des dizaines d’employés de longue date, d’ex-employés et de fidèles clients s’y sont alors réunis une dernière fois. La conversion des lieux entraînera la perte de 30 à 40 emplois et s’explique par un problème de rentabilité, a annoncé Groupe st-Hubert en mars dernier.

Articles récents du même sujet