Actualités

Expropriation en vue pour le futur garage de l’est de la STM

Expropriation en vue pour le futur garage de l’est de la STM
Photo: Collaboration spéciale/STMLe nouveau centre de transport de l’est pourra accueillir 250 autobus, une nécessité car les autres garages, à l’exception celui de situé dans l’arrondissement Saint-Laurent, sont utilisés à pleine capacité.

Les coûts liés à la décontamination du site qui accueillera le futur centre de transport de l’est ont fait achopper les négociations entre le propriétaire et la Ville de Montréal, qui veut maintenant l’exproprier pour en prendre possession.

La Société de transport de Montréal (STM) souhaite construire ce nouvel entrepôt, dont la mise en service est prévue pour 2022, pour y accueillir la majorité des 300 nouveaux autobus hybrides commandés en début d’année.

Une offre d’achat a été signée en mai 2018 par la STM, qui offrait 13,6 M$ pour le terrain de 550 000 pieds carrés, situé à l’intersection des rues Souligny et Dickson, dans le quartier Mercier.

Une étude environnementale a depuis décelé un niveau de contamination important de matières résiduelles et d’amiante. Les coûts de décontamination ont été évalués à 4.7 M$, ce qui a incité la STM à faire une nouvelle offre à la baisse, à 11,25 M$, qui a été refusée par le propriétaire, la compagnie Investissements de Ville (IDV).

Suite aux échecs des négociations, qui se sont déroulées entre juillet et novembre, le conseil municipal de la Ville de Montréal a voté le lundi 17 décembre une résolution pour mettre en branle le processus d’expropriation.

La décision doit toutefois encore être approuvée par le conseil d’agglomération, qui aura lieu ce jeudi, et par le gouvernement du Québec.

« Pendant ces démarches, il y aura encore des négociations avec le propriétaire, et on pourrait s’entendre sur un juste prix, explique Laurence Houde-Roy, l’attachée de presse du comité exécutif. Si on ne s’entend toujours pas, on procède à l’expropriation »

Le Tribunal administratif du Québec devra alors fixer une indemnité à verser à IDV, selon  le coût du marché.

Le coût total du projet est évalué à près de 370,2 M$.