Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
13:21 21 décembre 2018 | mise à jour le: 5 février 2019 à 17:04 temps de lecture: 4 minutes

Montréal-Est : la voirie au cœur des prévisions de dépenses

Montréal-Est : la voirie au cœur des prévisions de dépenses
Photo: Amélie Gamache/Avenir de l'EstSelon le maire Robert Coutu, la ville a atteint une vitesse de croisière de façon réaliste, tout en respectant la capacité de payer des citoyens et des entreprises.

La reconstruction complète de la rue Sherbrooke figure au sommet des dépenses en voirie prévues au Programme triennal des dépenses en immobilisations (PTI) 2018-2021, adopté récemment par la ville de Montréal-Est.

Le PTI prévoit 68,4M$ de dépenses pour les routes et les bâtiments de la ville. Il a été adopté lors de la séance extraordinaire du 12 décembre dernier.

Pour le seul chantier de la rue Sherbrooke, la Ville envisage d’investir 41,4 M$ en 2020 et 2021. « Nous sommes en mode analyse des besoins, indiqué le maire Robert Coutu. Est-ce qu’on met une piste cyclable, les égouts sont-ils à refaire? On réfléchit. »

Un autre montant de 14,4 M$ est prévu pour la réfection des infrastructures dans les deux prochaines années, qui servira principalement à rénover l’avenue Broadway entre Sainte-Julie et Dorchester, l’avenue Laurendeau entre Prince-Albert et Sainte-Julie ainsi que la rue Victoria entre Broadway et Marien.

La ville prévoit également dépenser 3,2M$d’ici 2021 pour mettre en œuvre le Plan directeur des parcs et espaces verts, adopté en octobre dernier. Les aménagements les plus importants sont prévus au parc de l’Hôtel-de-Ville, qui se verrait doté d’un quai d’observation flottant sur le fleuve, ainsi que d’un préau de bois, qui remplacerait le chapiteau installé chaque été.

Un budget équilibré
Lors d’une séance qui s’est déroulée la même soirée, la ville adopté son budget 2019, où l’on note de légères augmentations des dépenses et diminution des revenus par rapport à 2018.

Le budget total de la ville s’élève à tout près de 39M$, soit une baisse de 4,82% par rapport à 2017, dont environ la moitié est déboursée en quotes-parts à l’agglomération de Montréal et à la Communauté métropolitaine de Montréal.

Si le montant de ces quotes-parts est en hausse, l’administration montréalestoise a diminué à la fois ses dépenses liées aux activités de fonctionnement et aux activités d’investissements, ce qui peut être expliqué par la réalisation de travaux importants en 2018 qui n’ont pas à être reportés en 2019.

Au total, l’augmentation des dépenses globales n’est que de 0,53%, pour un total de 36,9M$. À cela s’ajoute 2,1M$, qui sera dédié aux activités d’investissement, pour compléter le montage financier.

« Je suis fier de notre équipe, a déclaré le maire Robert Coutu. Quand je suis arrivée en 2009, nous étions en mode accélération pour rattraper notre retard dans les infrastructures. Nous sommes maintenant en mode préventif plutôt que curatif, et les finances sont en santé. »  – Robert Coutu, maire de Montréal-Est

Si les revenus ont diminué, c’est surtout que la ville n’a pas dû piger dans certains de ses fonds pour projets particuliers ou réserves excédentaires des années précédentes pour financer des projets spéciaux. Le montant total récolté en taxes foncières a lui toutefois augmenté, de 1,20%.

Des hausses de taxes foncières près de l’inflation
Les propriétaires verront les comptes de taxes augmenter d’un pourcentage près de celui de l’inflation.

La hausse pour les immeubles résidentiels ou de moins de 5 logements sera 1,92% en moyenne, une augmentation semblable à celle de l’indice des prix de la consommation, qui s’est élevé à 1,8% pour 2018. Le taux applicable sera de 0,851982$ par 100$ de la valeur portée au rôle d’évaluation.

Les immeubles de six logements et plus subiront quant à eux une hausse de 0,44% en moyenne.

Du côté des immeubles commerciaux, qui fourniront plus de la moitié des revenus de Montréal-Est en 2019, la hausse s’élève à 1,48%.

Articles similaires