Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Fermeture d’une ressource pour les enfants de l’Est

Fermeture d’une ressource pour les enfants de l’Est
Photo: MétroLe jeudi 7 mars, la directrice Nathalie Otis rencontrera la députée Chantal Rouleau, afin de lui remettre un plaidoyer des coordinations des différentes tables à la petite enfance, visant à obtenir du gouvernement un financement stable et récurrent.

Après 15 ans d’existence, l’instance de concertation en petite-enfance 1,2,3 Go! Pointe de l’Île devra cesser ses activités l’an prochain, n’ayant plus les ressources financières pour continuer sa mission.

L’organisme était financé via l’OBNL Avenir d’enfants, issue d’un partenariat entre le gouvernement du Québec et la Fondation Lucie et André Chagnon, qui cesse ses opérations.  Près d’une trentaine d’autres organismes de concertation à la petite enfance sont également touchés.

« C’était la chronique d’une mort annoncée, se désole la directrice de 1,2,3, Go!, Nathalie Otis. Lorsqu’Avenir d’enfants a été créé, Centraide a retiré le financement qu’elle nous accordait depuis nos débuts au profit de cette organisation qui avait une fin déterminée. »

C’est en 2010 que l’organisme pointelier s’est vu retiré son financement par Centraide, lors de l’entente entre le gouvernement et la Fondation Chagnon, qui prévoyait qu’Avenir d’enfants appuierait dorénavant l’ensemble des initiatives en petite-enfance sur le territoire montréalais.

Selon Mme Otis, Centraide ne s’est pas montré ouvert à reprendre sa participation financière.

Certains programmes ou activités qui étaient sous la férule de 1,2,3,Go! ont déjà été transférés chez des partenaires. Les projets de parcs intérieurs, par exemple, sont maintenant sous la responsabilité du Relais du bout et de la Société Ressources-Loisirs de Pointe-aux-Trembles.

« Pendant les 18 mois d’opération qui restent, d’autres activités seront transférées, ajoute Mme Otis. Mais certaines, dont notre programme Bienvenue Famille, ne pourront l’être, car les autres organismes manquent également de ressources. »

Trois emplois seront perdus le 20 juin de l’an prochain, mais surtout l’expertise et la contribution d’une instance de concertation qui mobilise 26 organisations, et participe au fonctionnement de 19 comités de travail.

L’Avenir de l’Est a tenté d’obtenir les réactions de Centraide, mais n’avait pas reçu de retour d’appel au moment de mettre ce texte en ligne.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *