Des balados de méditation faits à « Pointo »

Des balados de méditation faits à « Pointo »
Photo: Elena Broch/Avenir de l'est

Dans le sous-sol de leur maison, Laurie Chaiken et Vincent Dumont enregistrent des balados de méditation pleine conscience pour adultes et enfants. En moins de deux ans, la série Respire avec moi a déjà atteint le plateau des 125 000 écoutes en ligne.

« C’est plus une salle de jeux qu’un studio d’enregistrement ! », sourit Laurie Chaiken. Entre deux boites de jeux de société, un château en plastique et des dessins d’enfants, trône la station d’enregistrement. Un ordinateur, un micro, deux fauteuils. Laurie à l’écriture et la voix, Vincent, au montage. Rien ne disposait vraiment le duo à enregistrer des balados de méditation. Laurie était sexologue et Vincent est cuisinier dans un centre de jeunesse.

Mais il y a six ans, Laurie a été appelée pour remplacer une intervenante dans le cadre de cours de gestion de stress pour adultes. « Et puis, un jour, en allant au zoo, on s’est dit : si on faisait des balados de méditation ? », explique Vincent. Depuis avril 2018, ils ont enregistré 50 épisodes thématiques (la colère, la honte, la joie etc.) qui ont été écoutés plus de 125 000 fois, majoritairement dans les pays francophones, au Canada, en France mais aussi en Algérie..

Au départ, Laurie et Vincent avaient prévu de proposer de la méditation pour les adultes, « et puis on a eu beaucoup de demandes pour les enfants. D’ailleurs, on nous propose souvent de nouveaux thèmes par courriels ».

Cinq heures de travail, dix minutes d’écoute

Laurie n’est pas partie de rien dans ce domaine, elle précise : « Dans mon métier, pour la gestion de stress, j’anime déjà des cours de méditation, j’ai appris aussi sur le tas. Plus j’en fais, au mieux c’est ! »

C’est ainsi qu’elle a appris à poser sa voix et « parler moins vite que d’habitude ». Pour Vincent, le montage audio n’était pas du tout de son ressort, « mais je suis un touche à tout, je me suis formé tout seul, lorsque je suis face à un problème, j’aime le résoudre, alors je me suis lancé ! » Apprentissage du montage audio, administration de site internet… Le monde de l’audio n’a presque plus de secret pour lui.

Après leur journée de travail et avoir mis les enfants au lit, les époux descendent au sous-sol pour travailler leur balado. Un épisode nécessite cinq heures de travail, en décousu sur deux semaines, de l’écriture à la publication. « Je mets environ deux heures à écrire la méditation, je fais des recherches, c’est aussi une sorte de méditation en soi. J’adapte mon vocabulaire, si c’est pour les enfants, j’utilise des mots plus simples, je parle situation qui leur correspondent », détaille Laurie.

Ensuite, le couple passe à l’enregistrement. « Ce n’est jamais en une seule prise, parfois, notre petit chien Charlie aboie, les enfants viennent nous voir… Alors je dois recaler les sons », explique Vincent. De là ressortent des épisodes entre dix et 20 minutes, pour les enfants et pour les adultes.

« On veut garder ce côté accessible à tous »

Côté investissement dans le matériel, des amis du couple leur ont prêté un micro avant que Laurie et Vincent ne lancent deux campagnes de sociofinancement auquel des proches et « même des inconnus » ont participé.

Loin d’eux la volonté de monétiser leur affaire : « On veut garder ce côté gratuit et accessible à tous. Pour le moment, cela ne nous rapporte rien, on n’a pas voulu mettre de publicité à l’intérieur des podcast », expliquent-ils. Seul un cours de méditation est proposé à la vente sur leur site.

 

Ça sert à quoi la méditation ?

« À réguler le stress, ses émotions, à se concentrer, ça aide aussi à dormir et à apprécier les bons moments. C’est un outil de plus à avoir », note Laurie Chaiken, co-fondatrice de Respire avec moi.

Comment ça marche ?

« Il faut se concentrer sur ce qu’on l’on fait ici et maintenant, sans jugement de nos pensées. »

Ça fonctionne vraiment ?

Une chercheuse en psychologie l’Université de la Colombie-Britannique a mené une étude dans le milieu scolaire en 2015. Deux groupes d’élèves ont été étudiés : l’un avait suivi un programme de relaxation, l’autre non.

Il en ressort que pour le premier groupe, les incivilités en milieu scolaire étaient moins fréquentes, que les élèves se sentaient mieux et que leurs résultats en mathématiques étaient meilleurs. L’étude a également montré que la méditation permettait aux enfants de mieux gérer le stress, d’être plus empathique et plus enclin à apporter leur aide.