Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
14:54 1 mai 2020 | mise à jour le: 1 mai 2020 à 16:50

Coronavirus : l’opposition veut des mesures dans RDP-PAT

Coronavirus : l’opposition veut des mesures dans RDP-PAT
Photo: Olivier Faucher/Métro MédiaUn des corridors sanitaires aménagés au cours des derniers jours, à Montréal-Nord.

La mairesse Caroline Bourgeois doit mettre rapidement en place des mesures pour freiner la propagation du coronavirus dans Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, devenu l’un des « points chauds » de la métropole, affirme le parti d’opposition Ensemble Montréal.

Quatre élus de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles ont publié un communiqué de presse dans lequel il demande notamment la mise sur pied d’une clinique de dépistage dans le nord de l’arrondissement et une stratégie d’achat et de distribution de masques.

Le nombre de personnes atteintes de la COVID-19 augmente ces dernières semaines dans le nord-est de Montréal. En date du 27 avril, l’arrondissement de RDP-PAT comptait 908 cas confirmés, la majorité dans Rivière-des-Prairies. Ce quartier fait partie de ceux qui «se démarquent», indiquait mercredi Dre Myrlène Drouin, de la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal.

Les conseillers Richard Guay, Suzanne Décarie, Gilles Déziel et Nathalie Pierre-Antoine estiment que Caroline Bourgeois ne prend pas les devants face à la crise et que leur arrondissement manque de leadership.

«La DRSP ne connait pas nos besoins, ne connait pas notre population ni les points stratégiques où il faut intervenir, martèle M. Guay. Nous avons notre rôle à jouer pendant cette crise, nous sommes élus pour aussi venir en aide à nos citoyens.»

Manque de communication

«On a l’impression que nous sommes plus des spectateurs que des acteurs», explique M. Guay. L’élu déplore le manque de communication de Caroline Bourgeois, indiquant que les informations ne sont transmises aux élus qu’au « compte-gouttes ».

Selon les quatre élus, Montréal-Nord, secteur le plus touché par la COVID-19 à Montréal, a « pris le taureau par les cornes » en annonçant plusieurs mesures, dont le déploiement d’une équipe de sensibilisation communautaire et le lancement d’une campagne d’affichage des consignes.

Montréal-Nord est représenté par Christine Black, une mairesse qui siège au sein d’Ensemble Montréal.

La mairesse Caroline Bourgeois n’a pas encore réagi à la sortie publique de l’opposition.

«Pas le temps de la partisannerie»

Caroline Bourgeois ne mâche pas ses mots et qualifie de « petite politique » cette sortie de l’opposition en pleine situation de crise, ajoutant que « ce n’est surtout pas le temps de faire la partisannerie».

«Alors que je suis en train de parler avec le CIUSSS [de l’Est de Montréal] pour voir le plan d’action d’urgence pour Saint-Michel et Rivière-des-Prairies, eux envoient ce communiqué», déplore-t-elle.

Précisant que c’est la santé publique qui gère la pandémie, elle affirme que le rôle des élus et de l’arrondissement est de facilité la transmission des informations et le travail de la santé publique.

Elle réfute aussi la passivité de son administration, soulignant que les inspecteurs municipaux sont allés expliquer les mesures sanitaires dans tous les immeubles de dix logements. De plus, l’arrondissement a mis en place un fonds d’urgence et ouvert le centre récréatif aux organismes du quartier pour la banque alimentaire.

La mairesse de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles assure par ailleurs que les élus reçoivent quotidiennement un compte-rendu sur la situation, en plus d’assister chaque semaine à des rencontres avec différents acteurs, comme le commandant des postes de quartier 45 et 49.

Dans les prochains jours, une clinique de dépistage mobile sera notamment déployée dans Rivière-des-Prairies, affirme Mme Bourgeois. La DRSP devrait annoncer plusieurs mesures d’urgence dans les prochaines heures pour Rivière-des-Prairies et Saint-Michel.

Articles similaires