Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
11:41 7 octobre 2020 | mise à jour le: 12 octobre 2020 à 12:34 temps de lecture: 3 minutes

Annulation des activités sportives: des centaines de jeunes accrochent leurs patins

Annulation des activités sportives: des centaines de jeunes accrochent leurs patins
Photo: Archives/Métro MédiaEnviron 350 joueurs de l'AHMPAT devront cesser le jeu jeudi.

L’annonce de l’annulation des activités sportives collectives en zone rouge force des centaines de jeunes de Pointe-aux-Trembles à accrocher leurs patins dès jeudi.

À l’Association de hockey mineur de Pointe-aux-Trembles (AHMPAT), ce sont environ 350 joueurs qui seront privés de jeu.

«Je ne m’y attendais pas», laisse tomber Howard Grégoire, président de l’AHMPAT. La nouvelle est d’autant plus décevante pour le président, qui espérait que l’interdiction de spectateurs dans les gradins mis en place depuis le 1er octobre soit suffisante pour rester au jeu.

Si l’arrêt des activités dure jusqu’à la fin octobre comme prévu, M. Grégoire espère pouvoir prolonger la saison plus tard au printemps. Sinon, il faudra possiblement annuler cette dernière. «Il y a déjà des parents qui me demandent d’être remboursés», indique-t-il.

L’annulation des activités sportives touche aussi la Maison des Jeunes de Pointe-aux-Trembles, qui offre des cours de danse et des activités de basket-ball.

«C’est poche», exprime Marie-Pier, 14 ans. Celle-ci se désole de l’annulation des cours de danse, qui s’ajoute à celle des cours de volley-ball à son école.

«On a vraiment créé une bonne équipe de danse. Là, ça tombe à l’eau. C’est une activité que toutes les filles, on attendait dans la semaine», affirme-t-elle.

Pour elle, les cours de danse afro et hip-hop étaient un moyen de dépenser son énergie, mais aussi de gérer sa colère et ses émotions.

«Il faut penser que les jeunes sont assis toute la journée dans la même classe. Ils n’ont plus de moment pour s’échapper, le sport représentait ça pour eux. Et là, tout est annulé», fait remarquer Virginie Journeau, directrice générale de la Maison des jeunes de Pointe-aux-Trembles

Craintes de voir des jeunes décrocher

Au Club de patinage artistique de Pointe-aux-Trembles (CPAPAT), les impacts de la pandémie sur la volonté de continuer le sport se font déjà sentir.

«Il y en a déjà quelques-uns qui ont raccroché leurs patins cette année. Dans nos plus petits, il y en a quand même plusieurs qui nous disaient ne pas vouloir patiner cette année en raison des circonstances», se désole Joanne Léveillé, présidente du CPAPAT.

Les cours privés avaient repris récemment, mais les cours de groupes n’avaient jamais repris depuis septembre. Le Club prévoit lancer des inscriptions pour des cours à la fin octobre.

Continuer à bouger

Malgré tout, des initiatives seront mises en place afin que les jeunes puissent continuer à bouger.

Selon René Larivière, vice-président aux opérations hockey à l’AHMPAT, des entraînements personnalisés ont été préparés pour les joueurs, mais ils sont non obligatoires. «Comme on n’est pas encore dans la Ligue nationale, on ne peut pas les forcer à faire ce genre d’entraînement là», explique-t-il.

À la Maison des jeunes de Pointe-aux-Trembles, les activités comme la danse se maintiendront, mais de façon virtuelle. Cette initiative avait d’ailleurs été mise en place lors du premier confinement, et la formule avait eu une bonne adhésion, croit Mme Journeau.

Au CPAPAT, un plan de relance pour faire des entraînements via l’application Zoom a été mis en place au printemps, et devrait être mis sur pied prochainement par certains entraîneurs.

Articles similaires